fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTUAUSTRALIE‘Advance Australia Fair’, l’hymne national australien qui divise

‘Advance Australia Fair’, l’hymne national australien qui divise

gjfood

Chanté à toutes les assemblées scolaires et toutes les cérémonies de remise de nationalité, l’hymne national australien est bien plus récent que le pays lui-même. Ce n’est en effet qu’en 1984 qu’il a été officiellement reconnu. Le Courrier Australien a enquêté pour vous sur cet air que tous les Australiens connaissent sur le bout des doigts : son origine, sa signification et son choix.

 

Composé en un soir

L’auteur et compositeur d’Advance Australia Fair est un professeur des écoles d’origine écossaise, Peter Dodds McCormick. Il a raconté avoir composé cet air patriotique dans le bus, en rentrant d’un concert dans lequel les hymnes nationaux du monde entier avaient été chantés par un chœur. « J’ai été très agacé de ne pas entendre une note pour l’Australie » explique-t-il, ajoutant que la mélodie et les paroles de son futur « tube » lui étaient venus très facilement.

Joué en public pour la première fois en 1878, l’air fait forte impression et est rapidement considéré comme un chant patriotique. Le Sydney Morning Herald écrit même à l’époque que « cette musique est pleine d’audace et entraînante » et que « cet air pourrait bien devenir très populaire. » Une prédiction qui se réalise, au point que le 1er janvier 1901, pour l’inauguration du Commonwealth australien, Advance Australia Fair est chanté par un chœur de 10 000 personnes. McCormick reçoit même un prix de 100£ pour sa composition.

Bien avant de le choisir comme hymne national, les Australiens entendaient donc déjà régulièrement Advance Australia Fair ; par exemple dans certains cinémas pendant la Seconde guerre mondiale, sur la chaîne de radio ABC pour annoncer les bulletins d’information et même, déjà, pour l’ouverture et la clôture de certaines cérémonies officielles.

Un choix annulé plusieurs fois

La question de l’hymne national s’est posée assez tardivement en Australie, qui s’est longtemps contentée du God Save the Queen lors des cérémonies officielles. C’est en 1951, pour le cinquantième anniversaire de la Fédération Australienne, qu’une première compétition est organisée afin de choisir un hymne différent. Le titre This Land of Mine, du chef d’orchestre d’origine autrichienne Henry Krips, l’emporte mais les autorités décident finalement de conserver le God Save the Queen.

 

Il faut attendre 1973 pour que le gouvernement mené par M.Whitlam soulève de nouveau la question. L’hymne national devait représenter « distinctement » l’Australie et être une « expression symbolique de la fierté et de la dignité nationales ». En d’autres termes : le nouvel hymne devait permettre d’affirmer une identité australienne différente de celle de la Grande-Bretagne, dont le pays cherchait à s’émanciper.

Une double compétition est organisée sous l’égide de l’Australia Council for the Arts : la première pour le choix des paroles et la deuxième pour le choix de la musique, toutes deux dotées d’un prix. L’Australia Council reçoit 2500 propositions de paroles et en retient 6. Mais concernant la musique, c’est un échec : aucune (parmi les 1300 reçues) ne trouve grâce aux yeux du jury et la compétition en reste là. L’Australia Council préconise cependant de choisir l’hymne parmi trois airs existants : Advance Australia Fair, Waltzing Matilda et Song of Australia — ce dernier étant depuis  tombé dans l’oubli.

 

En 1974, l’Australian Bureau of Statistics sonde 60 000 Australiens pour savoir lequel, parmi ces trois airs, aurait la préférence du public. Advance Australia Fair l’emporte avec 51,4% des votes, devant Waltzing Matilda (19,6%). Le Premier ministre se base sur ce résultat pour annoncer au Parlement que les Australiens ont choisi le premier comme hymne national.

 

L’histoire pourrait s’arrêter là. Mais dès 1976, le gouvernement de Malcom Fraser réinstaure le God Save the Queen pour toutes les occasions officielles et préconise l’usage de n’importe lequel des trois airs ­— ou même de l’hymne britannique — pour toutes les autres manifestations. La décision fait débat, en particulier au moment des Jeux Olympiques de Montréal, une partie de la population continuant de réclamer un hymne qui soit spécifiquement australien. L’année suivante, le gouvernement Fraser décide alors d’inclure la question à un référendum sur des changements constitutionnels. De nouveau, les Australiens sont appelés à se prononcer pour le choix de leur hymne et cette fois, plus de 7 millions d’entre eux s’expriment… pour un résultat presqu’identique au précédent : ils plébiscitent Advance Australia Fair (43,3%), devant Waltzing Matilda (28,3%), God Save the Queen (18,8%) et Song of Australia (9,7%).

 

Des paroles adaptées mais toujours contestées

Advance Australia Fair ne sera officiellement déclaré hymne national australien que sept ans plus tard, en 1984. Non sans avoir auparavant subi quelques changements substantiels dans les paroles. Le National Australia Day Commitee, missionné par le gouvernement, réduit l’air à deux couplets au lieu des quatre initialement écrits, ne conservant que le 1er et le 3ème : cela permet d’éliminer toute référence à la Grande-Bretagne. On décide aussi de supprimer la notion de genre en remplaçant « Australian sons » par « Australian all ». Dans un effort supplémentaire pour inclure tous les Australiens y compris ceux issus de l’immigration récente, on ajoute un vers : « For those who’ve come across the seas. »

 

Malgré ces changements, les paroles ne font aucune mention des premiers Australiens, les peuples indigènes. Pire : pour certains, le deuxième vers « for we were young and free » nie (à travers le mot « young ») 50 000 ans de culture aborigène. Le mot « fair » fait également débat du fait de son double sens (juste et clair/pâle) : « Advance Australia Fair » pourrait être interprété dans le sens « Advance white people of Australia »

 

Plusieurs personnalités d’origine indigène s’en sont publiquement offusqués. La chanteuse lyrique Deborah Cheetham, à qui l’on a proposé d’interpréter l’hymne australien lors de la Grande Finale de l’AFL en 2015, (« le rêve de tout artiste », souligne-t-elle) a décliné en justifiant qu’elle ne pouvait plus chanter ces paroles, en particulier ce deuxième vers. En 2016, le joueur de rugby Joe Williams a refusé de se lever pour l’écouter lors d’une cérémonie d’Australia Day.  L’année dernière, le boxeur Anthony Mundine, a fait de même, qualifiant l’hymne de « raciste ».

Harper Nielsen

Enfin il y a quelques semaines Harper Nielsen, une élève de Brisbane, a refusé de se lever pour écouter l’hymne lors de l’assemblée de son école, ce qui a relancé de vifs débats dans les médias australiens. Certaines ont fustigé son impudence, d’autres l’ont érigée en héroïne.

 

L’association Recognition in Anthem milite pour que ces paroles sujettes à controverse soient remplacées par « in peace and harmony » et pour l’ajout d’un couplet qui reconnaîtrait l’histoire indigène. Mais le gouvernement fédéral a rejeté cette proposition l’année dernière, laissant entendre qu’il lui faudrait la preuve d’un large consensus dans la population générale pour entériner un tel changement.

Encore faudrait-il que l’ensemble des Australiens s’intéresse au sujet : d’après le professeur White, de l’université de Sydney, les Australiens ne sont pas particulièrement attachés à leur hymne, qu’ils ont tendance à considérer comme anachronique. Par exemple le mot « girt «  (qui signifie littéralement « ceint ») n’est plus du tout usité et fait l’objet de moqueries récurrentes.

Quant à la mélodie, elle est souvent qualifiée de fade et peu entraînante au point qu’en 2001, M. Macdonald, sénateur, avait appelé à changer d’hymne « avant qu’on s’endorme tous en le chantant »…

Paroles officielles de l’hymne national australien et leur traduction en français

Advance Australia Fair

Australians all let us rejoice,
For we are young and free;
We’ve golden soil and wealth for toil;
Our home is girt by sea;
Our land abounds in nature’s gifts
Of beauty rich and rare;
In history’s page, let every stage
Advance Australia Fair.
In joyful strains then let us sing,
Advance Australia Fair.

Beneath our radiant Southern Cross
We’ll toil with hearts and hands;
To make this Commonwealth of ours
Renowned of all the lands;
For those who’ve come across the seas
We’ve boundless plains to share;
With courage let us all combine
To Advance Australia Fair.
In joyful strains then let us sing,
Advance Australia Fair.

Avance, belle et juste Australie

Australiens réjouissons nous tous,
Car nous sommes jeunes et libres ;
Nous avons un sol doré et de la richesse pour le labeur,
Notre patrie est ceinte par la mer ;
Notre terre abonde des cadeaux de la nature
D’une beauté riche et rare ;
Dans le livre de l’histoire, qu’à chaque page
Avance la belle et juste Australie !
Aux tons joyeux chantons alors,
« Avance belle et juste Australie ! »

Sous notre Croix du Sud rayonnante,
Nous œuvrerons avec nos cœurs et nos mains ;
Pour rendre notre Communauté
Renommée de toutes les patries ;
Pour ceux venus d’outre-mer
Nous avons des plaines sans bornes à partager ;
Avec courage unissons nous
Pour qu’avance la belle et juste Australie.
Aux tons joyeux chantons alors
« Avance belle et juste Australie !»

Et si vous souhaitez vous entraîner en musique :

Sources:  naa.gov.au, rap.org.au, bbc.com, smh.com.au

 


N’oubliez pas de suivre Le Courrier Australien sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletter

Des idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude dans l’article ? Contactez-nous à l’adresse redaction@lecourrieraustralien.com

Comments
NCT
Share With: