fbpx
HomeACTUAfghanistan: le gouvernement australien évacue 75 sportives de haut niveau

Afghanistan: le gouvernement australien évacue 75 sportives de haut niveau

Soixante-quinze sportives afghanes de haut niveau, menacées par la prise de pouvoir des Talibans dans leur pays, ont été évacuées par le gouvernement australien, a annoncé mardi le syndicat des joueurs professionnels de football, FIFPro.

“Nous leur sommes reconnaissants d’avoir évacué un grand nombre de footballeuses et d’athlètes d’Afghanistan. Ces jeunes femmes, en tant qu’athlètes et militantes, étaient en péril”, a déclaré la FIFPro dans un communiqué.

“Il reste encore beaucoup à faire pour soutenir et loger ces jeunes femmes et nous demandons instamment à la communauté internationale de veiller à ce qu’elles reçoivent toute l’aide dont elles ont besoin”, a-t-elle poursuivi.

La Fifpro n’a pas précisé quelles étaient les destinations de ces athlètes mais a précisé que plusieurs pays s’étaient impliqués.

Elle a également ajouté que les sportives afghanes évacuées se trouvaient “dans une position dangereuse” mais que de nombreuses athlètes restaient dans cette situation.

Khalida Popal, ancienne capitaine de l’équipe nationale afghane, qui a participé à l’évacuation des sportives, a déclaré que certaines d’entre elles avaient été battues et avaient entendu des coups de feu au moment de leur fuite.

Popal a tweeté une photo du groupe serré dans un avion, et une autre le montrant marchant sur le tarmac avec des sacs à dos.

“Les 75 joueuses et quelques membres de leur famille ont quitté l’Afghanistan”, a-t-elle légendé.

“Des nuits blanches, constamment sollicitée pour répondre aux questions. Gérer les médias, motiver les joueuses à continuer de se battre et à ne pas abandonner même s’il y avait des tirs. C’était dur”, a-t-elle ajouté.

Depuis la prise de pouvoir des Talibans il y a une dizaine de jours à la suite d’une offensive éclair, l’aéroport de Kaboul, la capitale, est devenu l’épicentre d’une course effrénée pour fuir le pays.

Beaucoup craignent un retour à la brutalité observée sous le régime taliban durant les années 1990, qui avait contraint les femmes à rester confinées chez elles, malgré les déclarations du groupe qui affirme vouloir les respecter.

Les sports étaient considérés comme une distraction éloignant les athlètes de leurs devoirs religieux, et étaient donc contrôlés par les Talibans. Les femmes, elles, n’avaient pas le droit de participer.

Share With: