fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTUAntarctique: la banquise à un niveau très bas pour le deuxième été austral de suite

Antarctique: la banquise à un niveau très bas pour le deuxième été austral de suite

gjfood

La surface de la banquise estivale dans l’Antarctique est tombée en février au deuxième niveau le plus bas de son histoire récente, ont annoncé les autorités australiennes, incapables toutefois d’expliquer avec certitude ce reflux.

Ces informations ont été publiées quelques jours après qu’un pic de chaleur eut été recensé dans l’Arctique, dont la surface de la banquise n’a jamais été aussi réduite pour la saison depuis le début des mesures il y a plus de 50 ans.

La Division antarctique australienne (AAD) a annoncé vendredi sur la base d’observations satellite que la surface de la banquise entourant le continent blanc était tombée à 2,15 millions de kilomètres carrés à son plus bas en février.

Le plus bas de l’histoire récente avait été enregistré en mars 2017, quand la banquise s’était réduite à 2,07 millions de kilomètres carrés, soit environ 27% de moins que la moyenne des valeurs minimales annuelles depuis 1979.

2017 fut aussi une année préoccupante pour la banquise hivernale qui avait été la deuxième plus petite de cette période, avec 18,05 millions de kilomètres carrés.

Depuis août 2016, la couverture glacière est bien en-dessous des moyennes à long terme », observe dans le communiqué Phil Reid, chercheur au Bureau of Meteorology Antarctic.

Cette réduction constitue une nette rupture, sachant que la banquise avait progressé en moyenne de 1,7% chaque décennie depuis 1979.

Rob Massom, chercheur à l’AAD, a indiqué que les scientifiques tentaient toujours de déterminer les facteurs à l’origine des changements et de la variabilité de la banquise.

« Des interactions complexes entre la glace, l’atmosphère et l’océan sont en jeu et elles varient avec les saisons et les régions », a-t-il dit, en ajoutant que la compréhension de ces processus était une « priorité ».

« La banquise joue un rôle crucial à la fois dans le système climatique mondial, mais aussi en tant qu’habitat pour nombre d’organismes, allant de micro-organismes aux grandes baleines », a-t-il poursuivi.

« Les conditions de la banquise ont également un impact majeur sur les opérations de transport et de logistique dans l’océan Austral », a-t-il expliqué.

AFP


N’oubliez pas de nous suivre sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletter

Des idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude dans l’article ? Contactez-nous à l’adresse redaction@lecourrieraustralien.com

Comments
NCT
Share With: