fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeNon classifié(e)Après les fraises, une banane infestée d’aiguilles

Après les fraises, une banane infestée d’aiguilles

NCT

Une femme de 62 ans a été prise en flagrant délit alors qu’elle essayait de mettre une aiguille dans une banane dans un supermarché local australien. 

L’état australien du Queensland est en état d’alerte depuis que plusieurs aiguilles ont été découvertes dans des fraises vendues dans un supermarché la semaine dernière. Ce lundi, c’est une banane qui a été infestée. 

Une  enquête a été ouverte : La femme âgée de 62 ans souffrirait de troubles mentaux et aurait tenté d’imiter l’épisode des fraises. « Cet événement est traité comme un acte isolé », sans lien avec la première affaire, ont expliqué les autorités sur leur compte Twitter.

Le mobile de la contamination des fraises reste encore inconnu à ce jour. « Il y a plusieurs scénarios complexes qui peuvent être imaginés. Nous les analysons tous et ça prend du temps », a expliqué Ian Stewart, de la police du Queensland. Une piste est toutefois à l’étude selon l’association des producteurs de fraises du Queensland, celle d’un ancien employé du secteur mécontent.

Une affaire qui a fait réagir le gouvernement australien : « Quiconque se trouve derrière cela met en danger non seulement les familles du Queensland et du reste de l’Australie, mais aussi toute une industrie », a déclaré samedi la Première ministre du Queensland Annastacia Palaszczuk. « Je demande à toute personne disposant d’une information qui pourrait être liée à cette affaire de quelque manière que ce soit de contacter la police aussitôt que possible. »

Pour rappel, une récompense de 100 000 dollars australiens, soit 60 000 €, a été émise pour toute information susceptible d’aider à l’arrestation et au jugement des responsables.

Source : News.com.au

———————————————-

N’oubliez pas de suivre Le Courrier Australien sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletterDes idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude ? Contactez-nous à redaction@lecourrieraustralien.com.

Comments
Share With: