fbpx
HomeACTUAUKUS: le différend franco-américain ne doit pas diviser l’OTAN

AUKUS: le différend franco-américain ne doit pas diviser l’OTAN

This article is also available in: enEnglish

Le différend entre Paris et Washington sur le partenariat stratégique conclu entre les Etats-Unis, l’Australie et le Royaume-Uni ne doit pas diviser l’Otan, a averti jeudi le secrétaire général de l’Alliance, Jens Stoltenberg.

“Je comprends la déception de la France. Mais ce type de différend ne doit pas provoquer une fracture au sein de l’Alliance, ni saper la force du lien transatlantique”, a-t-il déclaré au cours d’un point de presse à l’issue d’une réunion à Bruxelles avec les conseillers en sécurité des 30 pays membres de l’Otan.

“La question a été abordée au cours de la réunion et je suis convaincu que les alliés concernés trouveront les moyens de trouver un accord”, a-t-il ajouté.

“En tant qu’alliés, nous ne sommes pas toujours d’accord sur tout, tout le temps, mais nous ne perdons jamais de vue la situation dans son ensemble”, a-t-il insisté.

“À l’heure où la concurrence mondiale s’intensifie, l’Europe et l’Amérique du Nord doivent continuer à faire front ensemble au sein de l’Otan, car les défis de sécurité auxquels nous sommes confrontés sont trop importants pour qu’un pays ou un continent puisse y faire face seul”, a-t-il plaidé.

“La réunion d’aujourd’hui a constitué une étape importante vers le sommet de l’Otan prévu à Madrid en 2022”, a-t-il estimé. Le sommet devrait se tenir au printemps.

L’annonce du partenariat conclu entre les Etats-Unis, l’Australie et le Royaume-Uni, baptisé AUKUS, a suscité la colère de la France car il a torpillé un mégacontrat de sous-marins français avec les Australiens.

Les présidents américain Joe Biden et français Emmanuel Macron se sont entretenus une première fois par téléphone et auront un nouvel entretien téléphonique à la mi-octobre sur les suites de cette crise.

“Cette crise met en jeu les intérêts de tous les Européens concernant le fonctionnement de nos alliances et l’engagement des Européens dans l’Indo-Pacifique”, fait-on valoir de source diplomatique française.

This article is also available in: enEnglish

Share With: