fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTUAustralie : de fausses bouteilles d’alcool vendues dans les bottle shops et les bars

Australie : de fausses bouteilles d’alcool vendues dans les bottle shops et les bars

D’après une enquête menée par le média australien ABC, de fausses bouteilles d’alcool seraient vendues dans les bottle shops et les bars en Australie, dupant les consommateurs sur l’origine du produit et mettant même en danger leur santé. 

Dans un article publié sur leur site lundi 18 juin, ABC révèle que de fausses boissons alcoolisées sont vendues dans les bars et bottle shops australiens, notamment à Sydney, Melbourne et Brisbane. 

The Black Scot, the Blue Cactus Tequila ou encore Reeba Reeba : ces marques ont toutes en commun un prix dérisoire – environ 30 $ l’unité – comparé aux autres bouteilles de scotch et de tequila en vente dans les bottle shops.

En vertu de la loi australienne, le scotch et la tequila, doivent respecter des règles de production géographiques strictes. Pour être qualifié de scotch, le whisky doit provenir d’Écosse ; la tequila, elle, ne peut être produite que dans des régions spécifiques au Mexique.

Un vendeur travaillant dans un magasin d’alcool et qui a souhaiter garder l’anonymat a confié aux journalistes d’ABC que ces bouteilles étaient « trop bon marché pour avoir été importées ».

ABC avance en effet que plusieurs entreprises australiennes falsifieraient l’étiquetage des boissons et duperaient les consommateurs sur l’origine des produits. C’est ainsi que les journalistes ont décelé que les marques de spiritueux citées plus haut étaient des produits contrefaits.

L’étiquette du whisky the Black Scot affirme qu’il s’agit d’un « produit venant d’Écosse ». Cependant, les journalistes affirment que des tests menés dans un laboratoire montrent que le Black Scot ne possède pas les composantes chimiques propres au whisky écossais. Ils ont également recueilli les témoignages de membres de l’entreprise, produisant la boisson, qui attestent que les produits sont fabriqués et mélangés directement à Orange, dans le NSW.

L’inspection attentive de l’étiquette d’une bouteille de Blue Cactus Tequila pose également problème. De manière générale, chaque marque de tequila reçoit un numéro de série unique. Cependant, le Consejo Regulador del Tequila (CRT) mexicain, en charge de la réglementation de la production de tequila, n’a aucun enregistrement pour la tequila Blue Cactus que la société Fernbrew Pty Ltd prétend importer. De plus, aucune mention n’est faite du nom du producteur autorisé au Mexique, comme l’oblige la loi australienne pour les bouteilles de tequila. 

Mélange d’éthanol brut et d’arômes

Les marques de spiritueux ayant fait l’objet d’une enquête pour origine douteuse sont toutes reliées à l’entreprise D’Aquino Bros Pty Ltd, installée à Orange (NSW). D’Aquino Bros est actuellement l’une des trois entreprises australiennes faisant déjà face à une action en justice pour production de fausse tequila.

Les preuves de contrefaçon mises en avant par ABC ont provoqué la colère des autorités britanniques et mexicaines, pour qui l’exportation de scotch ou de tequila rapportent chaque année des milliards de dollars.

L’Ambassadeur du Mexique en Australie, Eduardo Pena Haller, a mis en garde les consommateurs face aux risques posés par ces alcools contrefaits : « Si vous achetez de la tequila qui ne suit pas la procédure de fabrication mexicaine, alors vous achetez une substance chimique », a-t-il déclaré. 

Les révélations du média australien ne s’arrêtent pas là : la contrefaçon ne concernerait pas que l’étiquetage des bouteilles, puisque certains produits seraient aussi nocifs pour la santé. Les journalistes d’ABC affirment avoir été en possession de documents détaillant des situations  dans lesquelles de l’éthanol brut et des arômes étaient mélangés pour créer de fausses boissons alcoolisées.  

Un conseil, donc, pour ne pas vous faire arnaquer : avant d’acheter, pensez toujours à vérifier l’origine du produit si vous ne voulez pas finir avec un mauvais goût dans la bouche. 


N’oubliez pas de nous suivre sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletter

Des idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude dans l’article ? Contactez-nous à l’adresse redaction@lecourrieraustralien.com

Share With: