fbpx
HomeACTUAustralie : inquiétudes quant à la liberté de la presse après une perquisition dans les locaux d’ABC

Australie : inquiétudes quant à la liberté de la presse après une perquisition dans les locaux d’ABC

 

Des agents de la police fédérale australienne ont perquisitionné ce mercredi les locaux de la chaîne publique d’ABC après la publication en 2017 des ”Dossiers Afghans”, une série de documents classés secret defense concernant des exactions commises par l’armée australienne en Afghanistan. Après le cas Julian Assange et les récentes convocations de journalistes français par la DGSI, les défenseurs des droits dénoncent des atteintes substantielles à la liberté de la presse partout dans le monde. 

Les affaires se suivent et se ressemblent pour le journalisme d’investigation à l’heure de l’open source. Déjà en avril 2017, le Courrier Australien s’inquiétait de la sourde répression réservée au cyber-militant australien Julian Assange, aujourd’hui passible de la peine de mort aux Etats-Unis au titre de l’Espionage Act. 

Les mêmes intimidations ont donné lieu à des convocations de la section des atteintes au secret de la défense nationale de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) pour quatre journalistes du magazine d’investigation en ligne Disclose concernant la violation du secret militaire sur la guerre au Yémen.

Ce mercredi 5 juin, c’est au tour des journalistes d’investigation de la chaîne publique australienne d’ABC de subir des pressions de Canberra.

Munie d’un mandat, la police a fait irruption en début d’après-midi pour y fouiller ordinateurs, boîtes mails et disques durs. La rédaction a réagit immédiatement sur Twitter.

 

Le directeur général d’ABC, David Anderson, a déclaré que la chaîne “soutiendra ses journalistes” et “protégera ses sources” quoi qu’il arrive.

Des dossiers militaires classés secret défense

Pourquoi une telle démonstration de force policière ?  En 2017, Dan Oakes et Sam Clark, deux journalistes d’investigation de l’ABC, ont révélé dans Afghan Files, Defence leak exposes deadly secrets of Australia’s special forces l’ampleur des exactions commises  par les forces spéciales australiennes en Afghanistan. Documents secrets et classifiés à l’appui, on y découvre des soldats australiens executant des enfants, absolument désarmés. Une onde de choc à l’époque dans l’opinion publique australienne.

Sur les 9 214 documents que la police souhaitait saisir, une petite partie seulement a été remise aux forces de l’ordre. Les deux journalistes ont été mis en examen pour révélations du secret défense. Leurs avocats auront encore 15 jours pour contester leur mise en examen.

Il s’agit là d’un fait nouveau qui soulève des préoccupations légitimes quant à la liberté de la presse et à l’examen public approprié des questions de sécurité nationale et de défense” a déclaré le patron de la chaîne David Anderson, visiblement préoccupé.

C’est un excellent reportage[…] clairement dans l’intérêt public. Et parfois, il faut parfois dire des vérités difficiles” a ajouté le directeur de la rédaction d’ABC, Craig McMurtrie.

La liberté de la presse fragilisée en Australie 

Reporters sans frontières (RSF) met en garde les autorités de Canberra contre les intimidations qui pèsent désormais sur les sources et les journalistes d’investigation du pays.

“Cette perquisition au siège d’une chaîne au prétexte d’un reportage qui est clairement d’intérêt public est aussi intolérable qu’inquiétante, déclare Daniel Bastard, responsable du bureau Asie-Pacifique de RSF. Ce type d’intimidation contre les reporters et leurs sources peut avoir des conséquences dévastatrices pour le libre exercice du journalisme et l’expression d’une information indépendante.

“Nous appelons le gouvernement de Scott Morrison à cesser de harceler les journalistes d’investigation en se cachant derrière le prétexte de la sécurité nationale, à propos de sujets sur lesquels les citoyens australiens ont clairement le droit d’être informés.”

Selon le classement de Reporter sans Frontières sur la liberté de la presse, l’Australie perd deux points par rapport à 2018. Elle se classe désormais 21e place, derrière le Surinam et l’Uruguay.

Source : ABC


N’oubliez pas de nous suivre sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletter

Des idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude dans l’article ? Contactez-nous à l’adresse redaction@lecourrieraustralien.com

Share With: