fbpx
HomeACTUAustralie: les binationaux liés au terrorisme pourraient être déchus de leur nationalité

Australie: les binationaux liés au terrorisme pourraient être déchus de leur nationalité

L’Australie va adopter de nouvelles lois antiterroristes, dans le cadre desquelles les binationaux liés au terrorisme seront déchus de leur nationalité australienne, a annoncé dimanche le Premier ministre, Tony Abbott.

La loi prévoit depuis longtemps “que si vous avez servi dans les forces armées d’un pays en guerre avec l’Australie, vous perdez automatiquement votre citoyenneté”, a-t-il dit à la presse.

“Des gens qui combattent avec des groupes terroristes à l’étranger ou qui sont impliqués dans des activités terroristes ici, en Australie, sont en fait en train de prendre les armes contre nous. Et c’est très dur d’imaginer que nous devrions permettre à des gens qui tentent de nous détruire de demeurer au sein de notre pays”.

L’Australie a relevé en septembre 2014 son niveau d’alerte contre le terrorisme et la police australienne a dit avoir déjoué plusieurs tentatives d’attentats ces derniers mois.

Le pays s’est également alarmé du nombre de ses citoyens qui sont partis rejoindre les rangs des jihadistes en Irak et en Syrie, estimés à au moins 110.

Mardi, M. Abbott avait exclu toute clémence à l’égard des jihadistes qui rentreraient dans le pays, à la suite d’informations selon lesquelles trois Australiens soupçonnés d’avoir combattu dans les rangs du groupe Etat islamique (EI) négociaient leur retour.

Le Premier ministre a refusé de commenter des informations de presse publiées jeudi, selon lesquelles son gouvernement examinait également la possibilité de déchoir de leur nationalité des Australiens de deuxième génération s’ils sont impliqués dans une activité terroriste.

Il a affirmé que des détails des amendements de la loi seraient annoncés dans les prochains jours.

Selon le journal The Australian, ces personnes pourraient être forcées à reprendre la nationalité d’origine de leurs parents.

Le gouvernement envisage dans le même temps d’introduire un programme de surveillance, dit “jihadi watch”, dans les écoles, qui permettrait d’identifier les élèves présentant des signes de radicalisation, a déclaré dimanche le procureur général, George Brandis.

Ce programme permettrait “d’identifier les individus et de les éloigner des idéologies de la haine”, a précisé le procureur, cité par le Sunday Herald Sun.

M. Abbott avait indiqué dans un message vidéo plus tôt dimanche qu'”au moins 250 Australiens, certains très jeunes, avaient été pris au piège de l’idéologie du mal de culte de la mort de Daech” (acronyme du groupe Etat islamique), sans autre précision.

En décembre dernier, un homme d’origine iranienne, Man Haron Monis, avait pris des otages dans un café de Sydney. Deux otages avaient trouvé la mort, ainsi que Monis.

©AFP

Share With: