fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTUAustralie : un portail pour aider les victimes de « revenge porn », diffusion non consentie d’images intimes

Australie : un portail pour aider les victimes de « revenge porn », diffusion non consentie d’images intimes

gjfood

L’Australie a lancé un portail en ligne pour limiter l’impact du « revenge porn » (« porno de vengeance ») après qu’une étude a révélé que beaucoup de femmes étaient victimes d’une diffusion de leurs images intimes sans leur consentement.

Une étude de Monash University à Melbourne avait révélé il y a quelques mois que nombreuses étaient les femmes dont des photos ou vidéos intimes avaient été prises sans leur consentement et diffusées sur les réseaux sociaux. Les chiffres montrent qu’une femme sur cinq âgée de 18 à 45 ans a déjà subi cette forme d’abus. 53% des infractions sont commises via Facebook et son application Messenger, 11% sur Snapchat et 4% sur Instagram.

Le rapport des chercheurs insiste sur le développement très rapide de cette pratique.

Selon Mme Inman Grant, commissaire à la Sécurité, le « revenge porn » a un impact important sur la santé, mentale et physique, des victimes mais la plupart du temps celles-ci sont démunies et ne savent pas quoi faire. Ce nouveau portail, une initiative du gouvernement australien qui constitue une première mondiale, leur apportera du soutien et des solutions. « Notre portail leur permettra de venir chercher de l’aide, » explique-t-elle. « On y trouvera des informations claires et concises sur les démarches à suivre pour limiter les conséquences de l’abus. Les victimes auront la possibilité de dénoncer directement sur notre portail la diffusion non consentie de leurs images ou vidéos. Nous faciliterons leur retrait en travaillant directement avec les administrateurs des sites, les réseaux sociaux et les moteurs de recherche. »

 

L’étude réalisée par Monash University, la plus complète réalisée à ce jour, a interrogé 4200 personnes. Elle a révélé que le « revenge porn » touchait autant d’hommes que de femmes. Environ un tiers des victimes sont homosexuelles ou bisexuelles.

A ce jour, seuls les états du Victoria et d’Australie Méridionale ont une législation sanctionnant la diffusion non consentie d’images indiscrètes ou de nature privée.

 

Source : AFP


>>> Suivez-nous sur Facebook
>>> Abonnez-vous gratuitement à la newsletter du Courrier Australien

Comments
franckprovost
Share With: