fbpx
HomeACTUAustralie: une femme extradée d’Israël comparaît pour pédocriminalité

Australie: une femme extradée d’Israël comparaît pour pédocriminalité

This page/article is also available in: enEnglish

L’ancienne directrice d’une école juive ultra-orthodoxe accusée de pédocriminalité en Australie est apparue lundi par visioconférence lors d’une audience préliminaire à son procès.

Malka  Leifer, qui possède la double nationalité australienne et israélienne et avait été extradée en janvier d’Israël en Australie, est apparue en vidéo, portant un haut bleu et un foulard blanc sur la tête.

Elle nie les 74 chefs d’accusation pesant sur elle, dont celles de viol, attentat à la pudeur, agression sexuelle sur enfant, qui auraient été commis entre 2004 et 2008 alors qu’elle était enseignante en études religieuses et directrice de l’école Adass Israel de Melbourne.

L’audience de mise en accusation, qui doit se dérouler jusqu’au 20 septembre à Melbourne, décidera si les preuves sont suffisantes pour que Mme Leifer soit jugée.

Regardant vers le bas et appuyant régulièrement son menton sur sa main gauche, Malka Leifer n’a pris la parole que pour confirmer qu’elle pouvait bien entendre et voir les débats tenus par le tribunal de Melbourne via vidéo à cause du confinement.

“Oui, oui”, a-t-elle répondu sur l’insistance d’un gardien de prison après avoir omis de répondre à la première question du magistrat.

Les journalistes ont dû quitter la visioconférence lors des témoignages des victimes présumées.

Le magistrat a permis à Mme Leifer de ne pas comparaître le 16 septembre, jour de la fête juive de Yom Kippour, mais l’audience se tiendra en son absence ce jour-ci.

Ses victimes présumées sont trois soeurs, Nicole Meyer, Dassis Erlich et Elly Sapper, qui ont elles-mêmes dévoilé publiquement leur identité pour demander l’inculpation de Mme Leifer.

L’accusée, aujourd’hui quinquagénaire, a fui l’Australie pour Israël après le dépôt d’une plainte en 2008 et s’est installée avec sa famille dans la colonie d’Immanuel en Cisjordanie.

Les autorités australiennes ont demandé son extradition en 2014.

Elle est arrivée à Melbourne fin janvier après six ans de bataille juridique en Israël, visant notamment à déterminer si elle feignait une maladie mentale pour échapper à une extradition et un procès en Australie.

La Cour suprême israélienne avait finalement rejeté l’ultime appel de ses avocats contre une extradition en décembre dernier.

This page/article is also available in: enEnglish

Share With: