fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeNewsFranceBilal Hassani, idole queer et porte-drapeau français à l’Eurovision

Bilal Hassani, idole queer et porte-drapeau français à l’Eurovision

A l’âge tendre de 19 ans, Bilal Hassani est déjà considéré comme une inspiration par les adolescents LGTB – et à présent, il vise la première place au concours de chanson de l’Eurovision.

Sensation internet, Hassani a éclipsé des chanteurs plus connus, en s’accaparant le vote du public samedi pour représenter la France en mai au concours à paillettes qui se déroulera en Israël.

“Je suis très fier de représenter mon pays en étant 100% moi-même, malgré les gens qui ont pu me dire sur internet que je ne représentais pas la France”, a-t-il affirmé dimanche sur France Télévision.

Né dans une famille marocaine, le fan de Beyonce s’est fait une joie de donner tort aux critiques qui le réduisaient à n’être qu’un “Arabe à perruque“.

“Je suis accro à l’Eurovision depuis que j’ai 9 ans, autant pour l’enjeu artistique que pour la symbolique: toutes ces cultures et ces différences que la musique réunit”, a-t-il écrit sur Instagram.

Avec un net penchant pour les perruques – chacune ayant un surnom dont “Paris” pour une blonde et une brunette appelée “Gila” – Hassani assume ses convictions.

“I am me, and I know I will always be. I am free,” chante-t-il [en anglais] dans “Roi”, la chanson dont il espère qu’elle sortira victorieuse à l’Eurovison dans ce qui serait une première depuis 1977.

Hassani clame haut et fort  sa sexualité et son rejet des codes classiques de la masculinité, affichant un vestiaire qui bouscule les genres.

Lourdement apprêté à la Kim Kardashian – quoique sans les courbes – son succès doit beaucoup à sa forte personnalité, empreinte de “fabulosité“.

Des messages d’encouragement ont inondé la chaine Youtube de Hassani quand il a été choisi pour l’Eurovision samedi. “Je veux te remercier – même si tu ne lis pas ce message, c’est grâce à toi que j’ai réussi à avoir confiance en moi” écrit un fan.

1500 tweets haineux

Mais au-delà de cette marée de soutiens, Hassani doit aussi lutter contre une violente campagne de haine sur internet, orchestrée par des homophobes et des racistes.

Le collectif Urgence Homophobie a déclaré qu’il avait identifié “déjà plus de 1.500 tweets insultants, discriminants ou menaçants en raison de son orientation (sexuelle) et/ou de son apparence”. L’ONG s’est alliée à une autre association, Stop Homophobie, pour attaquer en justice “chaque personne qui a insulté, discriminé ou menacé” Hassani.

Le jeune chanteur a tenté d’encaisser le coup affirmant aux journalistes que “le vote de si nombreux Français” samedi était “la meilleure réponse aux haineux.”

Hassani a pris des cours de danse et de chant depuis le plus jeune âge, apparaissant dans la saison 2 de l’émission télévisée “The Voice Kids” à 15 ans. Pour son audition, il avait choisi une chanson de l’une de ses idoles – la diva à barbe autrichienne Conchita Wurst qui a gagné l’Eurovision en 2014.

Il devient peu après YouTubeur, gagnant depuis lors 800 000 abonnés avec des vidéos – souvent humoristiques – où il commence toujours par un tonitruant “Bonjour Paris!”.

Avec des titres comme “Je suis tombé amoureux d’un hétéro” certaines de ses vidéos sont des confessions quand d’autres proposent des tutos maquillage et certaines sont des reprises de stars comme Ed Sheeran ou Ariana Grande. Son morceau pour l’Eurovision, co-écrit par les participants de l’année dernière Madame Monsieur, a déjà accumulé 6 millions de vues en ligne.

Dans tous les cas, Hassani est prêt à regarder plus loin que la compétition de Tel Aviv. Son premier album devrait sortir au printemps prochain sous le label français Low Wood.

GLOSSAIRE

accaparer (v.) : to take up

attaquer en justice (v.) : to sue

accro (adj.)  : addict

adolescent (n.m.) : teenager

barbe (n.f.) : beard

clamer haut et fort (v.) : to be vocal (about)

courbe (n.f.) : curve

discriminer (v.) : to distinguish

donner tort (v.) : to prove (someone) wrong

éclipser (v.) : to overshadow

encaisser le coup (v.) : to cope with

encouragement (n.m.) : encouragement

fabulosité (n.f.) : made up word – means “that is fabulous”

genre (n.m.) : gender

hétéro (n.m ou n.f.) : straight (person)

inonder (v.) : to flood

insulter (v.) : to insult

marée (n.f.) : the tide

masculinité (n.f.) : masculinity

menacer (v.) : to threat

orchestrer (v.) : to campaign

paillette (n.f.) : glitter

perruque (n.f.) : wig

reprise (n.f.) : cover

surnom (n.m.) : nick name

tonitruant (adj.) : thunderous, tuneful

viser (v.) : to seek

IN ENGLISH PLEASE

LGBT teen shines as France’s Eurovision pick

At the tender age of 19, Bilal Hassani is already being held up as an inspiration to LGBT teenagers — and now he’s got his sights on winning the Eurovision Song Contest.

An internet sensation, Hassani beat better known singers to clinch Saturday night’s public vote to represent France in the glitter-soaked competition in Israel in May.

“I am very proud to represent in being 100 percent myself, despite people who might say on the internet that I don’t represent France,” he said Sunday evening on French television.

Born to a Moroccan family, the Beyonce fan has delighted in proving wrong critics who laughed at the singer they dismissed as an “Arab in a wig”.

“I’ve been a Eurovision addict since I was nine, as much for the artistry as for what it symbolises — all the cultures and differences that are brought together by music,” he said on Instagram.

With a penchant for wigs — each of which has a pet name, including a blonde called “Paris” and a brunette called “Gila” — Hassani is unapologetic about what he stands for.

“I am me, and I know I will always be. I am free,” he sings in “Roi” (“King”), the song he is hoping will become France’s first victorious Eurovision entry since 1977.

Hassani is vocal about his sexuality and rejection of old ideas about masculinity, delighting in a gender-bending wardrobe.

Heavily made up a la Kim Kardashian — albeit far less curvy — his success owes much to his big personality, flaunting what he calls his “fabulousness”.

Encouraging messages flooded in on Hassani’s YouTube channel after he was picked for Eurovision on Saturday. “I wanted to thank you — even if you don’t read this comment, it’s thanks to you that I’ve managed to have confidence in myself,” wrote one fan.

– 1,500 hateful tweets –

But beyond the tide of support, Hassani has also had to grapple with a violent online hate campaign from homophobes and racists.

Campaign group Urgence Homophobie said it had already identified “more than 1,500 insulting, discriminatory or threatening tweets linked to his sexual orientation and/or appearance”.

The NGO has joined forces with another group, Stop Homophobie, to take to court “every person who has insulted, threatened, or discriminated against” Hassani.

The young singer has tried to take it in his stride, telling reporters that winning “the votes of so many French people” on Saturday was “the best response to the haters”.

Hassani has taken singing and dance classes since his early years, appearing on children’s talent show “The Voice Kids” at the age of 15. For his audition, he opted to perform a song by one of his idols — Conchita Wurst, the Austrian bearded diva who won Eurovision in 2014.

He became a YouTuber shortly after and has since won nearly 800,000 subscribers, with videos — often humorous — that start with him belting out a tuneful “Bonsoir, Paris!”

With titles like “The time I fell in love with a straight guy!”, some videos are confessional, while others feature make-up tutorials or covers of songs by stars such as Ed Sheeran and Ariana Grande.

His Eurovision entry, co-written with last year’s French contenders Madame Monsieur, has already racked up nearly six million views online.

In any case, Hassani is already looking beyond the competition in Tel Aviv: his debut album is due out this spring, under the French label Low Wood.

AFP

———————————————

Follow Le Courrier Australien on Facebook and Instagram, subscribe to our Newsletter for free. Have your say ! Email you opinion pieces, ideas or corrections at redaction@lecourrieraustralien.com

Comments
Share With: