fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTUCanberra refuse d’extrader le lanceur d’alerte australien Julian Assange

Canberra refuse d’extrader le lanceur d’alerte australien Julian Assange

nc

Le père du fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a exhorté dimanche le gouvernement australien à rapatrier son fils en Australie, en se disant choqué de l’état visiblement affaibli dans lequel il semblait lors de son arrestation jeudi à Londres. Par peur de froisser son allié américain, Canberra a refusé tout net cette demande d’extradition.

John Shipton, qui est le père biologique de Julian Assange, fut le secrétaire du WikiLeaks Party, une formation politique créée par son fils à l’occasion des sénatoriales de 2013 et qui a fait un score confidentiel.

Des médias rapportent que M. Shipton aurait rendu visite à son fils à chaque Noël dans l’ambassade d’Équateur en Grande-Bretagne, où il a vécu de 2012 jusqu’à son arrestation.

« Le DFAT (ministère australien des Affaires étrangères) et le Premier ministre doivent faire quelque chose« , a déclaré M. Shipton au Sunday Herald Sun de Melbourne.

Il s’est dit choqué par l’apparence de son fils lors de son arrestation à l’ambassade en vertu d’une demande d’extradition américaine pour « piratage informatique » -qui sera examinée au cours d’une audience le 2 mai- et d’un mandat délivré en juin 2012 par la justice britannique pour non présentation au tribunal.

« J’ai vu comme les flics ont dû le porter jusqu’en bas des marches. Il ne semblait pas bien. J’ai 74 ans et je parais en meilleure forme que lui qui en a 47. C’est très choquant« , a-t-il déclaré avant de poursuivre : « Pendant des mois et des mois, il a vécu comme un détenu d’une prison de haute sécurité, il ne pouvait même pas aller aux toilettes. Il y avait des caméras suivant ses moindres mouvements« .

Le Premier ministre australien Scott Morrison a pourtant déclaré vendredi que M. Assange ne recevrait « aucun traitement spécial » de Canberra. Depuis l’arrestation d’Assange la semaine dernière, le gouvernement australien n’a pas cherché à communiquer. Poids lourd économique mais encore nain politique, l’Australie prouve encore avec ce refus d’extradition qu’il demeure l’allié indéfectible des États-Unis d’Amérique.

Source : AFP


N’oubliez pas de nous suivre sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletter

Des idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude dans l’article ? Contactez-nous à l’adresse redaction@lecourrieraustralien.com

 

Comments
nc
Share With: