fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTUCertains résidents au bord de mer ne pourraient pas être indemnisés

Certains résidents au bord de mer ne pourraient pas être indemnisés

laguillotine728

Beaucoup d’habitants de Sydney, qui ont vu leur maison au littoral ravagée par la tempête du weekend passé, ont peu de chance d’être indemnisés pour les dommages subis. Par ailleurs, certaines maisons pourraient être tout bonnement détruites.

Des vagues de 8 mètres ont endommagé certaines habitations de Collaroy, une ville du littoral située au nord de Sydney.

Ainsi, lorsqu’il est retourné le lundi matin voir sa maison, Garry Silk était sous le choc quand il a découvert son jardin de 15 mètres grignoté par la mer et sa piscine creusée au beau milieu de la plage.

« Notre clôture arrière a été emportée, puis c’est ma maison qui a été ébranlée », a-t-il expliqué.

Le mardi à 9h du matin, les assureurs avaient déjà reçu 14 500 demandes d’indemnisation provenant du Queensland, de Nouvelle-Galles du Sud, du Victoria et de Tasmanie. Les pertes pour les assurances s’élèveraient à 56 millions de dollars.

L’Insurance Council of Australia, l’organe représentatif de l’industrie des assurances de dommages, a indiqué qu’habituellement les polices d’assurance ne couvrent pas les dommages causés par les « actions » de la mer telles que l’érosion côtière, les grandes marées et les tempêtes.

Les habitants du littoral qui ne possèdent pas de police d’assurance couvrant les réparations devront solliciter l’aide de l’État ou du gouvernement fédéral à travers un fonds de secours.

On ne sait toujours pas si les propriétés à Collaroy pourront être reconstruites ou détruites.

La municipalité des plages du Nord exige que tout nouveau bâtiment soit construit à une distance respectable de l’océan.

Pat Aiken, secrétaire de l’association des résidents côtiers, a déclaré que la décision de reconstruire les maisons appartenait entièrement à la municipalité et dépendait également de la possibilité de reconstruire ces maisons plus loin de la mer mais sur le même lopin de terre.

Il a ajouté que les résidents qui ne pourraient pas reconstruire leur maison n’obtiendraient pas une indemnisation équitable.

« L’unique option semble l’acquisition volontaire, mais cela rapporterait très peu d’argent, pas même la valeur du terrain. C’est presque vendre sous la contrainte, car s’ils ne peuvent pas reconstruire sur leur terrain, que peuvent-ils faire avec ? »

La tempête a soulevé de nouvelles questions sur la manière dont les résidents côtiers peuvent mieux protéger leurs maisons face aux dommages provoqués par l’océan.

Les résidents encourent des amendes jusqu’à 250 000 dollars s’ils essaient de protéger leur propriété avec des sacs de sable. Par ailleurs, un débat fait rage depuis longtemps sur la nécessité de la municipalité de construire une digue ou d’installer une pompe à sable à Collaroy.

Le gouvernement a signalé que seules les autorités publiques devraient installer des sacs de sable là où elles peuvent opérer en sécurité.

Source : SBS

Share With: