fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTUChangement climatique : 2016 a été la pire année pour le développement de maladies dans le NSW

Changement climatique : 2016 a été la pire année pour le développement de maladies dans le NSW

En 2016, le NSW a enregistré les pires chiffres de ces cinq dernières années concernant le développement de maladies causées par les intoxications alimentaires et les piqures de moustiques. Le coupable ? Le changement climatique, qui, selon les médecins australiens, se profile comme une véritable urgence de santé publique.

Les statistiques publiées la semaine dernière montrent que 2016 a été la pire année pour l’accroissement de maladies telles que la maladie du légionnaire, la salmonellose, la listériose, E. coli et la dengue, qui se multiplieraient davantage avec la hausse des températures. Ces données alertent les experts, qui, comme Le Royal Australasian College of Physicians [RACP] décrivent le changement climatique comme une “urgence mondiale de santé publique”. Le RACP a d’ailleurs appelé à une “stratégie nationale sur le climat et la santé et à la réduction des émissions de gaz à effet de serre” dans l’espoir d’enrayer ce phénomène.

En Australie, la population connait des taux plus élevés de maladies respiratoires, de diarrhée et de maladies nécessitant l’hospitalisation et de décès pendant les journées chaudes. Les chiffres sont en effet alarmant : la World Health Organisation estime par exemple que le réchauffement climatique causera 250 000 décès supplémentaires chaque année entre 2030 et 2050.

“Lors de périodes de forte chaleur, les australiens utilisent des systèmes de refroidissement en masse, propulsant de nombreuses bactéries dans l’air. De plus, les moustiques transportent désormais des maladies tropicales jusqu’alors inconnu dans le NSW”, a déclaré le porte-parole du ministère de la Santé, Walt Secord.

 

Malgré les convictions de Walt Secord, qui affirme qu’il est “stupéfiant que les libéraux et les nationaux continuent de nier l’impact du changement climatique sur notre santé”, beaucoup d’autres contestent une éventuelle corrélation entre la hausse des températures et le développement de certaines maladies en Australie. C’est le cas du directeur de la Protection de la santé du NSW, Jeremy McAnulty, qui a déclaré qu’il n’y avait pas suffisamment de données à long terme pour établir un lien définitif entre certaines maladies et le changement climatique.

A noter que 2016 a également été la pire année pour la cryptosporidiose, la gonorrhée, le méningocoque, le pneumocoque, la tuberculose, la grippe A et la shigellose, qui n’ont aucun lien démontré avec le changement climatique.


Source : http://www.smh.com.au/national/health/worst-year-in-nsw-for-salmonella-e-coli-as-global-temperatures-increase-20170106-gtnfve.html

Share With: