fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTUCommerce: Londres vise un accord de principe avec l’Australie début juin

Commerce: Londres vise un accord de principe avec l’Australie début juin

Le Royaume-Uni est engagé dans “un sprint final” en vue de conclure un accord commercial de principe avec l’Australie début juin, a indiqué mercredi la ministre britannique du Commerce international, Liz Truss.

“Nous sommes actuellement dans un sprint final dans l’espoir d’avoir un accord de principe d’ici début juin”, a déclaré Mme Truss devant une commission parlementaire.

Elle a assuré que cet accord de libre-échange avec l’Australie profiterait à “toutes les nations et régions du Royaume-Uni, ainsi qu’à tous les secteurs, y compris l’agriculture”.

Liz Truss est désireuse de conclure ce premier accord commercial majeur pour le Royaume-Uni depuis le Brexit avant le sommet des dirigeants du G7 mi-juin dans les Cornouailles (sud-ouest de l’Angleterre). Mais des membres du gouvernement ont fait part de leurs inquiétudes quant à son impact pour l’agriculture et l’élevage britanniques.

Le Financial Times évoquait ainsi cette semaine l’existence de deux lignes qui s’opposent au sein du gouvernement, sans que le Premier ministre Boris Johnson n’ait encore tranché.

D’un côté, Liz Truss et le ministre des Relations avec l’Union européenne David Frost défendent un accord sans droits de douane avec l’Australie, qui serait très avantageux pour les producteurs de bœuf et agneau australiens, plus industrialisés.

De l’autre, le ministre de l’Environnement et de l’Agriculture George Eustice et le ministre d’Etat Michael Gove craignent que les agriculteurs britanniques n’en fassent les frais.

Liz Truss a assuré qu’elle veillerait à “toujours faire en sorte (…) que les agriculteurs britanniques ne soient pas pénalisés par des pratiques déloyales venant d’ailleurs”.

Depuis la sortie du Royaume-Uni de l’UE, le gouvernement de Boris Johnson a pour projet, qualifié de “Global Britain”, de négocier des accords commerciaux dans le monde, qui seront selon lui plus avantageux que ceux négociés par l’UE. Mais cette volonté peut se heurter à celle de préserver certains secteurs d’activité ou normes sanitaires ou environnementales.

L’accord avec l’Australie serait le premier à ne pas être simplement un renouvellement ou une adaptation des accords existants entre l’UE et d’autres pays.

Le Royaume-Uni a déjà obtenu des accords avec l’UE et le Japon, et est en discussions, en dehors de l’Australie, avec les Etats-Unis, l’Inde et la Nouvelle-Zélande. Des négociations vont débuter avec le Canada et le Mexique.

Share With: