fbpx
HomeACTUCrise des sous-marins: La France et l’Inde veulent “agir conjointement” en Indo-Pacifique

Crise des sous-marins: La France et l’Inde veulent “agir conjointement” en Indo-Pacifique

Le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre indien Narendra Modi se sont entretenus mardi en pleine crise des sous-marins australiens et ont réaffirmé leur volonté “d’agir conjointement dans un espace indo-pacifique ouvert et inclusif”, a annoncé l’Elysée.

Le chef de l’État “a rappelé l’engagement de la France à contribuer au renforcement de l’autonomie stratégique de l’Inde, y compris sa base industrielle et technologique, dans le cadre d’une relation étroite fondée sur la confiance et le respect mutuel entre deux partenaires stratégiques”, a précisé la présidence.

Cet entretien téléphonique intervient au moment où Paris continue de montrer sa colère après l’annonce, le 15 septembre, d’une nouvelle alliance stratégique entre l’Australie, les Etats-Unis et le Royaume-Uni, qui a torpillé un méga-contrat de sous-marins français à Canberra.

Le communiqué de l’Elysée ne fait aucune allusion à cette crise diplomatique mais il indique que l’approche de Paris et New Dehli a “pour ambition de promouvoir la stabilité régionale et la règle de droit, tout en écartant toute forme d’hégémonie” dans la zone indopacifique, épicentre des tensions entre les géants chinois et américain. Elle s’inscrit aussi “dans le cadre de la relation euro-indienne et des travaux européens sur l’Indopacifique”, précise l’Elysée.

“Les coopérations bilatérales dans l’ensemble des domaines, en particulier sur le plan économique, auront vocation à se renforcer”, ajoute le communiqué.

Ces dernières années, la France s’est rapprochée de l’Inde: vente de Rafale, opérations militaires conjointes dans l’océan Indien, ouverture à la marine indienne de ses bases à Djibouti, aux Emirats, à la Réunion…

Les dirigeants français et indien “maintiendront des échanges réguliers pour se coordonner” avant le sommet du G20, les 30 et 31 octobre à Rome et la COP26 sur le climat à Glasgow début novembre, indique l’Elysée.

Le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian devait rencontrer son homologue indien Subrahmanyam Jaishankar mardi à New York en marge de l’assemblée générale de l’ONU.

Emmanuel Macron, qui ne s’est pas encore exprimé publiquement sur la crise, doit par ailleurs s’entretenir prochainement avec le président américain Joe Biden, qui s’exprimera mardi au siège de l’ONU.

Au cours de leur entretien, MM. Macron et Modi ont également “exprimé leurs graves préoccupations quant à la situation en Afghanistan”, où les taliban au pouvoir “devaient rompre leurs liens avec le terrorisme international, laisser les organisations humanitaires opérer sur l’ensemble du territoire et respecter les droits fondamentaux des Afghanes et des Afghans”. “Les opérations d’évacuation devaient se poursuivre sans entrave”, précise le communiqué.

A propos de la pandémie de Covid-19, M. Macron “a salué la décision (de l’Inde) de reprendre les livraisons de vaccins à destination de Covax”, le mécanisme de l’OMS pour l’accès aux vaccins des pays à faible revenu.

Share With: