fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTUAUSTRALIEDes chercheurs ont répondu à un mystère vieux de 200 ans concernant le casoar

Des chercheurs ont répondu à un mystère vieux de 200 ans concernant le casoar

nc

Après des années de spéculation, les chercheurs de l’Université de Melbourne croient enfin connaitre l’utilité de la curieuse excroissance qui se dresse sur la tête du casoar, un oiseau emblématique du continent australien.

Cette question qui taraude les scientifiques depuis maintenant deux siècles semble avoir été enfin résolue : rester la tête au frais durant l’été, voici la conclusion présentée par un groupe de chercheurs afin d’expliquer l’origine de ce  »casque ».

Et c’est Danielle Eastick, chercheuse rattachée au ministère de l’Écologie et de l’Environnement, qui a été la première à identifier une corrélation. « Par temps froids, la bosse se refroidit mais elle se réchauffe par temps chauds » nous explique la chercheuse.

« Nos résultats sont très convaincants et reproductibles. Il est fort probable que ce casque soit apparu au cours des temps géologiques afin d’évacuer la chaleur, notamment pendant l’été (…) C’est quand même vraiment excitant d’avoir résolu un mystère qui a déconcerté les scientifiques pendant si longtemps. », poursuit Mme Eastick.

Véritable fenêtre thermique entre le dedans et le dehors, cette excroissance est donc dû au besoin qu’éprouve ces grands animaux à plumes foncées d’échanger la chaleur. « Tout comme les humains transpirent et les chiens halètent par temps chauds ou après un exercice, les casoars déchargent la chaleur de leur casque afin de survivre. Plus la température ambiante est élevée, plus ils dégagent de chaleur. » conclue le rapport de la chercheuse.

Cette conclusion met un terme à près de deux siècles de querelles au sein de la communauté des ornithologues australiens. Des spéculations antérieures suggéraient en effet que ce casque pouvait être une arme ou bien un moyen de séduction.

Mais si la conclusion de Danielle Eastick met fin à de nombreuses interrogations, elle pourrait également relancer la recherche en paléontologie. En effet, de nombreux dinosaures avaient ce genre de casques plantés sur leurs crânes et il est possible qu’ils les utilisaient aussi pour réguler leur température. Affaire à suivre donc…

Source : SBS News


 

Suivez Le Courrier Australien sur Facebook et Instagram et abonnez-vous gratuitement à notre newsletterDes idées, des commentaires ? Une coquille, une inexactitude ? Contactez-nous

Comments
Share With: