fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTUDeux parents d’élèves lancent les premiers workshops bilingues du NSW à Killarney Heights

Deux parents d’élèves lancent les premiers workshops bilingues du NSW à Killarney Heights

gjfood

Poussés par la même envie d’apporter un enseignement secondaire bilingue à leurs enfants, deux parents d’élèves se sont lancés dans un projet ambitieux : mettre en place des workshops en français à Killarney Heights dans le North Shore à Sydney.

Des ateliers bilingues pour palier l’absence d’offre dans le secondaire dans le NSW

Malgré leurs personnalités très différentes, Alexandre Mac Innes, coordinateur des workshops et homme d’affaire australo-franco irlandais, et Cédric Le Bescont, professeur et spécialiste de l’enseignement français à l’étranger, ont un point en commun : leur énergie communicative et leur ambition sans faille. Leur volonté ? Compléter le programme bilingue de l’école primaire de Killarney Heights, qui débute en Grande Section de maternelle, mais s’arrête brusquement au début du secondaire.

« De plus en plus de parents dont les enfants sont, comme les nôtres, scolarisés à Killarney Heights aimeraient trouver un équivalent d’enseignement bilingue après la 6ème, confie Alexandre Mac Innes. Ils ont tellement investi dans cette éducation qu’ils ne veulent pas que leurs enfants perdent leurs acquis en français»Killarney Heights Public School est l’établissement scolaire de prédilection pour les parents souhaitant apporter une double culture française et australienne à leurs enfants. En 7 ans, les élèves suivent des cours intensifs de français et y acquièrent de bonnes bases. Mais après la 6ème, aucun établissement dans le NSW ne propose un enseignement bilingue français/anglais équivalent pour compléter cette éducation.

Au Sud de Sydney, il existe bien un lycée français privé développant l’apprentissage de l’anglais, mais pour les deux associés, le bilinguisme est une tout autre chose. « Le bilinguisme, c’est deux langues, mais surtout deux cultures », précise Cédric Le Bescont. Et ce multiculturalisme, les deux parents d’élèves comptent bien le partager à travers leur programme scolaire. « Nous visons, entres autres, les enfants souvent nés australiens, d’un ou de deux parents français pour qui il est important de transmettre cette double culture », explique le coordinateur des workshops.

Des workshops ouverts à tous pour faire du bilinguisme une richesse

Depuis le 9 février dernier, 10 élèves en Year 7 se retrouvent une fois par semaine pour des ateliers de 2h. Pour mettre en place leurs workshops, les associés n’avaient pas envie d’un « double schooling » et de cours magistraux, mais voulaient donner envie aux enfants de venir construire leurs connaissances et de continuer à pratiquer la langue française. La structure des cours donnés se base d’ailleurs sur les recommandations du gouvernement du NSW et du syllabus de l’éducation nationale, et sur la tendance pédagogique de l’évaluation et de l’enseignement par compétence. « Nous pratiquons l’évaluation positive, c’est-à-dire que l’on cherche à montrer à l’enfant ce qu’il sait faire plutôt que de simplement évaluer son niveau », indique Cédric Le Bescont.

Concrètement, les enseignements sont dispensés en français et sont complétés par des exercices pratiques au sein desquels les sujets de sciences, d’histoire et de géographie sont couverts et les compétences se complètent. Le but de ces cours additionnels est de préparer les élèves à créer eux-mêmes leurs connaissances pour s’adapter à n’importe quelle situation. En plein coeur d’un environnement coopératif, les enfants sont encouragés à s’adapter, à produire et à s’interroger pour, in fine, acquérir de solides compétences en français. Côté culture française, c’est le Docteur Yann Tristant, Maître de Conférence a l’Université de Macquarie dans le département d’Histoire ancienne, qui se charge de transmettre des éléments historiques et géographiques à travers ses interventions ludiques et passionnantes.

Dans cette même mouvance d’innovation, une plateforme en ligne a été créée à la manière d’un établissement virtuel. Cet espace numérique de travail géré par ITS LEARNING met cours, évaluations, programme et travaux à la disposition des parents et des élèves qui peuvent également échanger entre eux.

« Le bilinguisme est une richesse qu’il faut cultiver. Nous avons pris le meilleur de l’enseignement français et de l’éducation australienne pour garantir un apprentissage de qualité », explique Alexandre Mac Innes. La vision de ces ateliers est de proposer un programme bilingue et bi-national dans le secondaire dans le North Shore et de permettre aux élèves de prétendre au brevet des collèges français, et même au baccalauréat si ils le souhaitent. Les workshops marquent la première étape dans cette démarche et préparent dès aujourd’hui les élèves bilingues entrant dans le secondaire.

L’association FANS (The French Speaking Association of the North Shore) s’est associée aux Workshops en les proposant dans son offre de classes en français pour Adolescents. Les ateliers ont un coût modeste de 20 dollars/heure, ont lieu tous les jeudis de 16h30 à 18h30 et sont ouverts aux élèves de Year 7 et Year 8. Des places pour participer aux workshops sont d’ailleurs encore disponibles. Les premières sessions des workshops ont connu un franc succès auprès des élèves, comme des parents. Un début prometteur qui laisse imaginer une belle suite au projet…

En savoir plus sur les worshops bilingues à Killarney Heights :

Alexandre Mac Innes, coordinateur des workshops, [email protected], 0405 179 209.

Comments
nc
Share With: