fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTU[ DID YOU KNOW ] – D’où vient le nom de Sydney ?

[ DID YOU KNOW ] – D’où vient le nom de Sydney ?

franckprovost

Mesdames et Messieurs, navré de doucher vos espoirs : ce n’est pas le Courrier Australien qui vous apprendra à prononcer correctement le nom « Sydney ».

Vous voulez rester des froggies digne de ce nom ? À votre retour dans l’Hexagone, dites à qui veut l’entendre que vous avez séjouré à « Sidnait ». Voilà pour la partie prononciation.

Ceci étant dit, une question mérite d’être posée. D’où vient le nom de Sydney, capitale de Nouvelle-Galles du Sud et ville ô combien réputée pour ses plages et surfeurs ? Pour le savoir, effectuons un léger retour en arrière, et revenons au XVIIIème siècle.

Nous sommes en 1788. En Angleterre, les prisons sont surpeuplées. Pour remédier à cet épineux problème, la Couronne décide d’envoyer les criminels de la nation à l’autre bout du monde. La destination ? L’Australie – qui ne porte pas encore ce nom – tout juste découverte par James Cook. Suivant la route de l’illustre navigateur, l’amiral britannique Arthur Phillip prend la direction de l’île-continent à la tête de la Première Flotte, une armada de 11 navires contenant un total d’environ 850 convicts ( détenus ).

Le 18 janvier 1788, après un voyage de plusieurs mois, la Première Flotte d’Arthur Phillip entre dans Botany Bay, là où Cook avait jeté l’ancre en 1770. L’amiral, qui a reçu l’ordre de créer une « colonie pénitentiaire », ne juge pas l’endroit suffisamment adapté pour y établir cette dernière. Aussi décide-t-il de conduire sa flotte plus au nord. Huit jours plus tard, la Première Flotte s’engouffre dans une baie voisine. Cette fois, Arthur Phillip est séduit. Il dira même qu’il s’agit « du plus beau port du monde ». Une colonie y est créée le 7 février 1988.

Son nom ? « Sydney », en hommage au… ministre de l’intérieur de la Couronne, Thomas Townshend, vicomte de Sydney. Phillip et Townshend étaient en effet des amis proches, Arthur Phillip ayant mené plusieurs campagnes militaires d’envergure sous la direction du vicomte. On vous l’accorde : baptiser une ville en l’honneur de son acolyte, c’est un joli témoignage d’amitié.

D’autant plus que le vicomte de Sydney pouvait alors se targuer d’avoir donné leur nom à deux villes nouvellement fondées : trois ans plus tôt, une autre ville de Sydney avait été créée au Canada, en Nouvelle-Écosse. Si cette dernière a désormais disparu, la « deuxième Sydney » a survécu.

Mieux : en un peu plus de deux siècles, la petite colonie d’Arthur Phillip est devenue une ville de 5 millions d’habitants. Un destin que l’amiral aurait eu du mal à prédire lui-même…

 


Suivez Le Courrier Australien sur Facebook et Instagram et abonnez-vous gratuitement à notre newsletterDes idées, des commentaires ? Une coquille, une inexactitude ? Contactez-nous

Comments
Share With: