fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTU[ DID YOU KNOW ] – Le Lockout de Sydney, son histoire et son futur

[ DID YOU KNOW ] – Le Lockout de Sydney, son histoire et son futur

C’est bien connu, Melbourne est la ville par excellence de la vie nocturne. Mais pourquoi, alors qu’elle est la ville la plus peuplée de l’Australie, Sydney ne peut pas concurrencer ? Les lois du Lockout est la raison principale. 

Les lois ont été introduites en 2014 à la suite de la mort de Daniel Christie et Thomas Kelly roués de coups de poing dans Kings Cross dans la nuit du nouvel an 2013. A l’époque, cet épisode avait provoqué de vifs débats publics sur la violence liée à l’alcool. Par la suite, plusieurs mesures ont été mises en place.

À l’heure actuelle, il est interdit d’entrer dans des lieux servant de l’alcool après 1h30 dans les zones de Kings Cross, Darlinghurst, Cockle Bay, The Rocks et Haymarket. Une fois à l’intérieur, les clients ne peuvent pas acheter de boissons alcoolisées après 3h du matin.

En janvier 2017, les lois sur le Lockout ont été abrogées d’une demi-heure pour plusieurs lieux de divertissement musical. Star Casino dans le quartier des affaires de Sydney est une exception de la loi.

Depuis, de nombreuses études ont été faites pour connaître les effets de ces mesures. Parmi les chiffres récents, il a été noté que le trafic piétonnier à Kings Cross a diminué de 84% et depuis l’entrée en vigueur de ces lois, au moins 176 établissement ont fermé leurs portes dans le CBD de Sydney.

A noter également, les agressions dans le secteur de Kings Cross ont diminué de 53% et de 4% dans le CBD. Mais sur la même période, le taux de violence dans d’autres quartiers de vie nocturne de la ville ont augmenté de 30%.

Avec toutes ces informations, Justin Hemmes, un homme d’affaires qui possède environ 70 pubs, hôtels et restaurants dans Sydney, a été entendu par le Parlement de la Nouvelle-Galles du Sud à ce sujet.

La semaine dernière, il a déclaré qu’il était temps que les lois sur Lockout prennent fin. Dans son argumentaire, il cite plusieurs événements qui ont provoqué “une honte à l’échelle internationale” et qui ternissaient la réputation de la ville auprès des touristes et invités mondialement connus. Ainsi, Madonna n’avait pas pu assister à sa propre soirée post-concert en arrivant à 1h45 au lieu de 1h30. Même histoire avec l’entraîneur du club de football de Chelsea ou encore avec Justin Bieber.

Justin Hemmes expose son point de vue en disant que le Lockout de 2014 n’est plus d’actualité en 2019 : ” Avec l’arrivée du tram et des nouvelles lignes de métro, en plus de l’introduction de services tels qu’Uber et autres moyens de co-voiturages, il est possible désormais de ramener les gens chez eux 24h sur 24 avec des moyens beaucoup plus efficaces et sûrs”. D’après lui, les lois ont atteint leur but, il est maintenant l’heure de les modifier pour ne pas avoir d’effets inverses, notamment sur l’économie de la vie nocturne de Sydney.

Cependant, pour Brett Holmes de la NWS Nurses and Midwives Association les lois “ont prouvé très clairement qu’elles sauvent des vies et qu’elles améliorent la vie des vies à qui l’on confie la responsabilité d’assurer la sécurité publique”.

Le débat n’est donc pas près de finir mais l’affaire est à suivre…


N’oubliez pas de nous suivre sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletter

Des idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude dans l’article ? Contactez-nous à l’adresse redaction@lecourrieraustralien.com

Share With: