fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTU[ DID YOU KNOW ] – Quels sont les réalisateurs australiens les plus connus ?

[ DID YOU KNOW ] – Quels sont les réalisateurs australiens les plus connus ?

Il faut croire que l’Australie est une terre de talents. Après le Did you know de la semaine dernière concernant les artistes les plus célèbres, Le Courrier Australien vous propose une sélection non-exhaustive des réalisateurs les plus connus qui viennent de l’île-océan.

Baz Luhrmann – Le magnifique

Romeo + Juliet en 1996 avec Leonardo Di Caprio, Gatsby Le Magnifique en 2013, encore avec Léo mais aussi et surtout Le Moulin Rouge en 2001 et l’incontournable Australia avec Nicole Kidman en 2008. À lui seul, Baz Luhrmann qui est né en Nouvelle-Galles du Sud, a fait rayonner le talent des Australiens à travers ses films, devenus cultes. Il est aussi à l’origine de la série The Get Down disponible sur Netflix, qui raconte l’évolution du hip-hop aux Etats-Unis. Actuellement, il serait sur le projet du biopic sur la vie d’Elvis qui sortira en 2020…

Peter Weir – O Captain! My Captain!

Né à Sydney en 1944, Peter Weir est surtout connu pour avoir réalisé The Truman Show avec Jim Carrey et Le cercle des poètes disparus avec Robin Williams. Ce film, qui a reçu un réel succès à l’époque, fêtait il y a un mois ses 30 ans. Autre anniversaire, moins joyeux, cela fait cinq ans aujourd’hui que l’acteur principal nous a quittés.

https://twitter.com/CollectorVhs/status/1160509099374780416

George Miller – L’aigle de la route

À 70 ans, le réalisateur des célèbres Mad Max vient d’annoncer qu’une suite est attendue au quatrième opus de la série, Fury Road avec Tom Hardy et Charlize Theron. Sorti en mai 2015, Mad Max: Fury Road a été élu en mai meilleur film des années 2010 par un collège de 250 professionnels du 7e Art (cinéastes, critiques) réunis par le site World of Reel. Le blockbuster a connu un succès mondial avec 6 trophées aux Oscars en 2016. Le premier thriller d’action, sorti en 1979 avec Mel Gibson avait été censuré en raison de nombreuses scènes de violence. George Miller signera tout de même deux suites.

Autre succès : Babe, le cochon devenu berger qu’il écrit et produit et dont la mise en scène est confiée à Chris Noonan. Le film a obtenu l’Oscar des meilleurs effets visuels en 1995. Dans l’univers de l’animation, il parvient à se faire une place avec Happy Feet en 2007 qui remporte l’Oscar du meilleur film d’animation.

Richard Curtis – Le coup de foudre

Richard Curtis est né en Nouvelle-Zélande de parents australiens mais il grandit en Grande-Bretagne. Son premier succès international  sera en 1994 avec Quatre mariages et un enterrement. C’est la première collaboration du réalisateur avec celui qui deviendra son acteur “fétiche” Hugh Grant. En effet, il sera ensuite la star de Coup de foudre à Notting Hill avec Julia Roberts en 1999. Il reste dans la comédie romantique et reçoit un nouveau succès en 2001 avec la co-écriture du Journal de Bridget Jones, encore avec ce même acteur. Deux ans plus tard, il est aussi l’auteur de Love Actually, qui ressort chaque année dans la télévision française. Une suite est d’ailleurs en cours de réalisation. Au-delà de la romance, Richard Curtis a notamment collaboré à la création de Mr. Bean et Good morning England. 

Jane Campion – La touche finale

Même si elle n’est pas Australienne mais Néo-Zélandaise, il est important de mettre en avant ce talent du Pacifique. Jane Campion a remporté la Palme d’or du festival de Cannes en 1993 pour son film La Leçon de piano. Elle est la seule femme cinéaste de l’histoire du festival à avoir reçu cette récompense. En mai 2014, elle marque de nouveau le monde médiatique et cinématographique en devenant la première réalisatrice à présider le jury des longs métrages lors de la 67e édition du festival de Cannes.

 

N’hésitez pas à partager avec nous les réalisateurs et les films qui vous ont marqués !


N’oubliez pas de nous suivre sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletter

Des idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude dans l’article ? Contactez-nous à l’adresse redaction@lecourrieraustralien.com

Share With: