fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTUDossier Sous-Marins: Le patron de Naval Group convoqué à Canberra pour des pourparlers de crise

Dossier Sous-Marins: Le patron de Naval Group convoqué à Canberra pour des pourparlers de crise

franckprovost

Selon The Guardian, les « divergences politiques légitimes » et les « conflits de personnalité » seraient la cause des négociations au point mort avec le Naval Group, chargé de construire la nouvelle flotte de 50 milliards de dollars de l’Australie.

Le gouvernement australien a convoqué à Canberra Hervé Guillou, le chef de l’entreprise française chargée de construire une flotte de sous-marins de nouvelle génération d’une valeur de 50 milliards de dollars pour des négociations de crise. Hervé Guillou s’est rendu de Paris à Canberra pour deux jours de discussions qui ont débuté ce jeudi.

Hervé Guillou, président-directeur général du Naval Group

Le gouvernement fédéral n’a pas encore finalisé un accord de partenariat stratégique avec le Naval Group, actuellement chargé de concevoir la flotte australienne de 12 nouveaux sous-marins. L’objectif est de trouver un accord d’ici Noël.

Un initié de la défense dont le nom n’a pas été révélé, a déclaré qu’il existe des tensions entre le directeur exécutif du groupe Naval Group chargé du projet de sous-marin australien, Jean-Michel Billig, et de hauts responsables de la Défense. La source a qualifié les négociations de « mauvaises » pistes.

« Il y a des différences politiques légitimes qui ont été grandement exacerbées par les conflits de personnalité« , a confié la source.

Il est entendu que le ministre de la Défense, Greg Moriarty, et le directeur des acquisitions, Anthony Fraser, sont également impliqués dans les pourparlers sur la crise.

Si aucun progrès n’est fait bientôt, les pourparlers pourront être portés au niveau ministériel ou jusqu’au premier ministre Scott Morrison et au président français Emmanuel Macron. Les deux hommes devraient se rencontrer en marge du prochain sommet des dirigeants du G20 en Argentine à la fin du mois.

Il est entendu que les points de friction sur les négociations incluent les questions de garantie, le niveau de contenu australien, ainsi qu’une éventuelle vente ou fusion entre le groupe français et le constructeur naval italien Fincantieri.

En octobre dernier,Christopher Pyne, le ministre de la Défense Australienne a rejeté les rapports selon lesquels le projet de sous-marin était en difficulté.

En 2016, le gouvernement précédent dirigé par Malcom Turnbull, a accepté d’acheter à l’entreprise française une douzaine de sous-marins de la classe Shortfin Barracuda pour remplacer les sous-marins vieillissants Collins qui composent la Royal Australian Navy. Ces sous-marins doivent être construits à Adélaïde à partir de 2022. Le Contre-amiral Greg Sammut, négociateur en chef de l’Australie, a déclaré à la conférence du Submarine Institute of Australia à Canberra au début du mois de novembre que le premier sous-marin ne terminera pas ses essais avant 2034 ou 2035.

Le dernier sous-marin devrait être livré dans les années 2050.

Pendant ce temps, le constructeur de navires du gouvernement fédéral, ASC (anciennement l’Australian Submarine Corporation), qui est chargé de maintenir six sous-marins Collins en service jusqu’à ce que la nouvelle flotte soit prête, avertit que le Groupe Naval braconne des employés clés.

« Bien que le Groupe naval demeure distinct de l’entreprise sous-marine, sa croissance et son impact sur le secteur représentent un risque sérieux pour … la classe Collins« , a déclaré l’ASC dans un mémoire présenté à une enquête du Sénat.

La petite taille de l’équipage australien de sous-mariniers suscite également des préoccupations constantes.

Source : The Guardian

———————————————–

N’oubliez pas de suivre Le Courrier Australien sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletterDes idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude ? Contactez-nous à redaction@lecourrieraustralien.com.

Comments
franckprovost
Share With: