fbpx
HomeACTUElections présidentielles : mon 2ème tour à Melbourne

Elections présidentielles : mon 2ème tour à Melbourne

Il y a des jours comme ça où “le niveau jamais vu de participation” à une élection en Australie augure de grosses surprises. Le 7 mai 2017, le bureau de vote à Melbourne était donc particulièrement vigilant. Il fallait s’attendre à avoir beaucoup de monde. Il fallait se préparer aux caprices d’une météo incertaine. Il fallait prévoir les gros malaises, les petits creux et même la lassitude qui vous tombe dessus et vous fait capituler.

Ce matin d’élections, dans la tête de nombreux votants, les paris vont bon train. Vaut-il mieux arriver à l’ouverture pour éviter la foule ? L’heure du déjeuner sera-t-elle propice ? Et à la fermeture ? Finalement, je suis à 8h10 à la grille. Les portes sont encore fermées et la queue fait déjà le tour du pâté de maison. Je rebrousse chemin. Un café et deux tartines plus tard, je suis de retour à St Kilda, il est 9h50. Je prends mon mal en patience.

Dans la queue, “alors que les Français râlent toujours d’habitude” (entendu dans la foule) personne ne semble s’impatienter. Certains ont même prévu le coup et se sont déplacés avec leur chaise pliante et leur thermos de café : on les envie, ces petits malins. D’autres ont chargé leur tablette à bloc : ils regardent un film et, sans les reflets du soleil sur l’écran, deux ou trois inconnus pourraient en profiter. Les littéraires ont amené un bouquin (anglais ou français). Les prévoyants transportent un parapluie. Rapidement, les langues se délient. Le monsieur derrière moi vient de la Yarra Valley, il a fait trois heures de train pour venir. Il ne regrette pas le déplacement, mais il va louper une compétition au club de tir. La jeune femme près de lui est venue avec son mari australien, elle serait bien tentée par un jambon-beurre. Le Bastille Day French Festival a en effet été mandaté pour offrir thé et café. Et pour les petits creux : on peut acheter des viennoiseries, des sandwichs ou des baguettes. Une initiative bienvenue pour se donner des forces dans l’attente. Des enfants courent, des chiens tirent sur leur laisse. On se félicite mutuellement d’être si motivés. “Mais a-t-on le choix ?” demandent certains. L’heure est grave.

Par rapport au 1er tour, l’organisation a évolué. La queue est mieux délimitée pour éviter le resquillage, les familles ont une ligne dédiée (mais tiens, comme c’est étrange, ces petits sont accompagnés de cinq adultes – j’aurais imaginé que deux parents suffiraient), un camion ambulance est prêt à donner les premiers soins.

12h50… cela fait deux heures que je patiente. Je commence à avoir mal au dos. Un jeune musicien vient de quitter la file. “J’ai un concert, se justifie-t-il à la foule, je reviens cet après-midi.” Chapeau pour l’effort ! On commence à fatiguer, d’autant que ma voisine vient d’apprendre par un SMS de son mari qu’ils ont eu une amende pour stationnement prolongé : ça fait cher le bulletin.” Je pense à ma propre voiture avec appréhension.

Finalement, on passe la porte d’entrée. Sac fouillé. Détecteur de métaux. Deux queues ont été mises en place pour faciliter l’identification des votants. Les A à JOS et les JOU à Z. Cela va assez vite. J’arrive devant l’urne et je glisse mon enveloppe. “A voté” proclame Michel Richard, le directeur de l’Alliance Française. Il prononcera cette phrase 1 722 fois (soit autant que de bulletins dans l’urne). Il est sur place, avec les bénévoles, depuis 7h du matin. Tous resteront jusqu’à la fin du dépouillement, une bien longue journée.

De retour à la maison, je regarde facebook et twitter. Tiens tiens, la queue a diminué. Ah mais zut, il n’y a plus personne devant le bureau de vote et ceux qui ont fait le pari d’une attente moindre l’après-midi ont eu le nez creux. Pas un chat et toujours plein de pains au chocolat ! Décidément, le taux de fréquentation étalé sur la journée aura eu de quoi surprendre. Et quand je suppose que le niveau d’abstention a été élevé : encore tout faux. La participation est montée à 49,77%, encore plus qu’au 1er tour. Je suis donc fière de compter parmi ces nombreux engagés qui ont fait leur devoir de citoyen à Melbourne et me voilà prête pour les législatives… de juin !

small2tour 18300989_1903153376608532_205280970691661283_n 18237767_1902078116716058_4729979974206490169_o

*Photos : citoyenne organisée, file d’attente l’après-midi, croissants citoyens.

Share With: