fbpx
HomeACTUEmploi, salaires, image de marque: la crise des sous-marins inquiète les salariés de Naval Group

Emploi, salaires, image de marque: la crise des sous-marins inquiète les salariés de Naval Group

“On en parle partout, à la maison, au bureau, à la télé”: 300 salariés de plusieurs sites régionaux de Naval, venus jeudi au siège parisien pour revendiquer un 13e mois, redoutent désormais les conséquences de la rupture du contrat colossal avec l’Australie.

“Ca suscite de l’inquiétude pour tout le monde dans le groupe”, assure Johan Desfontaines, chaudronnier à Nantes Indret. Il y aura des pertes d’emplois. Au niveau financier, on redoute que les primes, les augmentations soient gelées”.

Autour de lui, 308 employés selon la direction se sont invités dans l’enceinte du groupe de défense. Arrivés dans la matinée des huit sites régionaux à l’appel de la CGT, ils n’en sont pas repartis avant le milieu de l’après-midi, après avoir été reçus par la direction.

La mobilisation du jour portait sur l’obtention d’un 13e mois, une revendication que le syndicat porte depuis quatre ans mais les salariés n’hésitent pas à lier leur rémunération au récent séisme venu de Canberra.

“La direction va jouer là-dessus pour baisser les primes d’intéressement et la participation, redoute ainsi Cédric Lafleur, chaudronnier à Cherbourg. Cette année, le Covid a bon dos, l’an prochain ce sera l’Australie. C’est pour ça qu’on est là: on veut un 13e mois, un acquis qui tombe tous les ans”.

Après avoir occupé le terrain plusieurs heures, barbecues et barnums sortis dans les jardins du groupe, la tension monte brièvement d’un cran lorsque les employés sur le point de repartir tentent d’entrer dans les bureaux. Malgré quelques pétards, le calme revient vite.

Les salariés imaginent également les conséquences dommageables sur l’emploi alors que Naval Group avait été sélectionné par Canberra pour la fourniture de 12 sous-marins pour un montant global de 31 milliards d’euros.

– 50 RH “mobilisés à 100%” –

“Personnellement, je ne subirai pas d’impact mais l’inquiétude est forte en ce qui concerne les sous-traitants, reconnaît Karine Hurel, équipière à Cherbourg. On est très inquiets pour eux. C’est pesant. La direction a voulu être rassurante sur l’avenir des gens mais il faut être vigilant car elle n’a pas le même discours devant le personnel, auquel elle a déjà dit qu’il y aurait moins de postes proposés pour les gens concernés par l’Australie”.

Ce projet mobilisait 1.000 personnes (350 en Australie et 650 en France), dont 500 sur le site normand.

“L’entreprise dit qu’elle va tout faire pour retrouver du boulot à tout le monde. Nous on pense qu’elle a les moyens pour que tout le monde soit réaffecté”, assure Emmanuel Lequertier, délégué syndical central CGT. “Avant l’Australie, il y a déjà eu un PSE pour être plus compétitif. On est habitués. On peut peut-être réfléchir aussi à mieux répartir la charge de travail”.

“On a une culture d’entreprise forte dans l’accompagnement, le repositionnement des personnes”, rassure Jacques Ziouziou, directeur de la politique sociale Naval Group qui reconnaît un climat “anxiogène”.

“Aujourd’hui 50 personnes du secteur Ressources humaines sont mobilisées à 100% sur le sujet. D’ici la semaine prochaine, toutes les personnes de Cherbourg auront un entretien individuel. On a mis en place une cellule psychologique”, ajoute-t-il.

“Dans mon service, j’ai une personne en alternance depuis trois ans qui devait être embauchée”, appuie le Brestois Ronan Leven. “Maintenant, ce n’est pas sûr que cette embauche ait lieu. Cette histoire nuit à l’image de l’entreprise (alors qu’) on a des renégociations de contrats en Grèce. On se doute que des concurrents vont essayer de nous piquer des contrats”.

“Les craintes sont naturelles. Notre boulot par rapport à l’image de l’entreprise c’est de rappeler sans cesse qu’on a une des meilleures solutions techniques sur le marché”, répond Emmanuel Gaudez, porte-parole du groupe.

“On a toujours été méfiant vis-à-vis de ce contrat et on n’a jamais compris pourquoi l’Australie s’était tournée vers nous vu ses relations avec les Etats-Unis”, résume Mme Hurel. “Pour récupérer l’argent, il ne faut pas rêver. Ca va traîner, ça va être des batailles juridiques alors que le personnel n’est pas responsable de cette situation”.

Share With: