fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTUEn Australie, le marché immobilier serait-il sur le point de s’effondrer ?

En Australie, le marché immobilier serait-il sur le point de s’effondrer ?

tfm

Dans un pays en croissance constante depuis 25 ans, la bulle immobilière n’a cessé de grossir. Entre 2016 et 2017, les prix de l’immobilier ont enregistré une hausse moyenne de 12,9% dans les capitales des huit états australiens — avec une augmentation record de 18,9% à Sydney, la plus importante depuis 15 ans alors même que les prix avaient déjà doublé depuis 2009.

Mais ces dernières semaines, la crise de la dette vient assombrir le tableau et l’inquiétude des propriétaires grandit de jour en jour. De plus, certains experts avancent que cette crise pourrait bien menacer l’ensemble de l’économie australienne… Comment en est-on arrivé là ?

Il n’est pas difficile d’expliquer pourquoi les prix immobiliers ont autant augmenté au cours des vingt dernières années. D’une part, la population croît rapidement, en particulier à Sydney (plus d’un million d’habitants supplémentaires depuis 2000, pour une ville qui en totalise désormais cinq millions), ce qui crée une pénurie d’offre en matière de logement. D’autre part, l’accès au crédit n’a jamais été aussi facile… ce qui accroît encore la demande. Des conditions très favorables au développement d’une bulle spéculative, d’autant que selon Philip Lowe, fameux économiste australien, « Les Australiens sont beaucoup moins réticents que les Français à s’endetter« . Il est également « plus facile d’obtenir un crédit dans un pays comme l’Australie« . De plus, un dispositif permet de déduire les intérêts d’emprunt de ses impôts : une incitation à l’emprunt. De ce fait, la dette moyenne des ménages australiens est très élevée et se classe à la troisième place mondiale.

Selon certains, les premiers signes d’un début d’éclatement de la bulle immobilière sont tout juste perceptibles. Peter Younan, l’agent immobilier de Laing et Simmons, a par exemple déclaré que le prix médian des logements qu’il propose à Granville, dans l’ouest de Sydney, avait chuté de 1,2 million de dollars à 1 million de dollars en un an seulement. Dans ce même quartier, les saisies ont augmenté de 600% sur la période.

D’après l’analyste de marché Louis Christopher, de SQM Research, le marché actuel de l’immobilier est « clairement surévalué » et son tassement viendrait en réaction à cette bulle spéculative comme une « correction nécessaire », du moins à Sydney et Melbourne. « D’après nos chiffres, les prix à Sydney et Melbourne étaient en réalité surévalués de plus de 40% », a-t-il déclaré. Des éléments qui font craindre une forte dévaluation de l’immobilier dans les prochains mois et années.

Certains économistes vont plus loin et anticipent une véritable crise économique pour le pays. Pour M.North, de Digital Finance Analytics, l’Australie se trouve désormais dans la même situation que les États-Unis en 2006 et 2007 — avant la crise des sub-primes et l’effondrement économique qui s’est ensuivi. Peut-on craindre le même scénario en Australie ?

Si l’Australie connaît bel et bien sa vingt-cinquième année de croissance d’affilée, son économie est toujours en train de s’adapter à la fin du boom minier. La consommation des ménages ralentit, et le taux de chômage a légèrement augmenté (tout en restant bas, à 5,9%). De plus, comme le souligne M.North «Les banques détiennent 1,7 milliard de dollars en prêts immobiliers pour les propriétaires occupants et les investisseurs. Et cela représente environ 65% de leurs prêts totaux. C’est plus que tout autre pays du monde occidental ». Pour certains experts, ceci laisse présager une forte vulnérabilité de l’économie australienne en cas de crise immobilière.

Un avis que tous ne partagent pas, s’il l’on en juge aux réactions outrées sur les réseaux sociaux suite à la diffusion cette semaine de l’émission 60 Minutes consacrée à ce sujet. « Journalisme alarmiste » pouvait-on lire, quand d’autres soulignaient que la baisse possible de l’immobilier n’affecterait « que » les grandes villes du NSW et du Victoria.

Source : News.com.au, ieif.

 

———————————————-

N’oubliez pas de suivre Le Courrier Australien sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletterDes idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude ? Contactez-nous à redaction@lecourrieraustralien.com

Comments
franckprovost
Share With: