fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTUEnquête: Une station balnéaire australienne proposait aux touristes le tir au wombat comme divertissement!

Enquête: Une station balnéaire australienne proposait aux touristes le tir au wombat comme divertissement!

Une station balnéaire en Australie qui attirait les touristes avec la promesse de tirer  sur les wombats et autres animaux sauvages indigènes avec des armes militaires est sous enquête policière.

La police de Victoria et le département de l’environnement de l’État ont déclaré mercredi à l’AFP qu’ils enquêtaient sur des activités dans une ancienne station d’élevage située à deux heures de route au nord de Melbourne et appartenant à un homme d’affaires controversé né en Chine.

Les annonces en langue chinoise publiées sur WeChat pour le Juijui Resort proposent une expérience de chasse d’une nuit pour 1 000 dollars australiens avec des transferts de luxe depuis Melbourne.

Les clients pouvaient utiliser «toutes sortes d’armes de chasse, y compris les fusils de chasse à canon double, les fusils de petit calibre et les fusils de tireur d’élite de gros calibre».

“C’est le rêve ultime des fans militaires”, déclarent les publicités, qui incluent des photographies de touristes brandissant des armes à feu.

“Les guides possédant un permis de chasse expliqueront comment utiliser les armes et partageront toutes les connaissances nécessaires. Ainsi, même sans aucune expérience de la chasse, vous aurez la garantie de devenir le meilleur tireur. Les lapins sauvages, les renards, les wombats, les canards des bois, les cerfs communs, les cerfs de sambar … attendent tous de passer de merveilleuses vacances avec vous.”

“La police de Victoria est au courant des informations faisant état de chasse illégale sur une propriété de Murrindindi”, a déclaré un porte-parole de la police dans un communiqué. “La police mènera une enquête pour déterminer si des crimes ont été commis.”

Les agriculteurs peuvent demander un permis pour tuer des animaux indigènes tels que les wombats, qui sont des espèces protégées, mais ceux qui sont reconnus coupables d’avoir abattu illégalement des animaux sauvages risquent des amendes et une peine de prison pouvant aller jusqu’à deux ans.


N’oubliez pas de nous suivre sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletter

Des idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude dans l’article ? Contactez-nous à l’adresse redaction@lecourrieraustralien.com

 

Share With: