fbpx
HomeACTUENVIRONNEMENT : La cire d’abeille comme alternative au film plastique

ENVIRONNEMENT : La cire d’abeille comme alternative au film plastique

Beaucoup sont les foyers qui ont décidé de déclarer la guerre au plastique. Mais peu nombreux sont ceux qui parviennent à mettre leur parole en pratique. Un nouveau marché émerge : celui des substituts à tous les plastiques du quotidien; et la cire d’abeille semble avoir les armes pour se créer une place de choix dans ce nouveau business durable. 

Les marchés voient vert

Les habitués des marchés, ne vous diront pas le contraire; en Australie les stands zéro déchet se multiplient. Comme un moyen de répondre à une nouvelle demande des citoyens responsables qui ont fait le choix de contrôler leur consommation de matières jetables. Les objets du quotidiens, et plus particulièrement de l’hygiène et de la beauté se retrouvent repensés dans le but d’amoindrir leur impact sur la planète. Brosses à dents en bambou, cotons réutilisables, pailles en inox, ou encore sacs à course, se retrouvent sur les étales des exposants. Jusque là, rien de très surprenant pour les Français puisque ces produits remportent également un vive succès dans l’hexagone. Cependant, un dernier article attire l’attention du badaud : les emballages en cire d’abeilles.

 

Une alternative au film plastique 

Il s’agit d’une manière d’encourager les ménages à supprimer petit à petit le film plastique et le papier aluminium, qui équipent toutes les cuisines depuis plus d’un demi-siècle. Pour emballer des sandwiches, conserver des fruits entamés ou encore recouvrir un plat avant de le mettre dans le frigo, ces deux alliés de tout cuisinier s’avèrent être nocifs pour l’environnement. C’est sur ce créneau qu’ont voulu se positionner les entreprises commercialisant des emballages en cire d’abeilles. Bee wrappy, Be Green Wrap, Honey Bee Wrapsont autant de marques qui se partagent le marché australien. Mais en quoi consistent leurs produits ?

 

Une alternative écologique mais non vegan

L’idée est de produire un substitut au plastique en utilisant du tissu et de la cire d’abeille. Deux principaux modèles existent : les feuilles, qui permettent d’envelopper tout type d’aliments et de récipients (avocat, gâteau, tupperware) et les “sachets”, pratiques pour empaqueter un sandwich ou quelques fruits secs par exemple. Au-delà d’utiliser moins de plastique, ces emballages sont aussi plus écologiques puisqu’ils sont lavables – washable pour les English-speakers – et réutilisables. Mauvaise nouvelle pour ceux qui ont choisi d’adopter un mode de vie “vegan” – en excluant de leur quotidien tout achat de produits d’origine animale – puisque cela met les abeilles à contribution.

 

Des produits maintenant disponibles en France

A défaut d’avoir eu l’idée en premier, de petites entreprises françaises se lancent dans l’aventure de l’emballage en cire d’abeille. C’est le cas d’Abeillons, un jeune start-up créée par un couple de Toulousains dont la success story est racontée dans l’hebdomadaire Geo. C’est lors d’un voyage en Nouvelle-Zélande où cette alternative écologique existait déjà depuis quelques années qu’ils ont utilisé pour la première fois Bee Wrap. A leur retour, ils se sont tout simplement demandé pourquoi cela n’existait pas encore en France et ont alors lancé leur propre marque avec un mot d’ordre : l’artisanat. Leurs produits sont conçus à partir de cire d’abeilles, de coton bio, de résine et d’huile d’olive bio.

 

Des progrès sont encore à faire

A entendre Faustine, la gérante :« Ce n’est pas un produit parfait. Pas l’alternative qui va tout arranger », on comprend que des progrès sont encore à faire pour rendre cette alternative encore plus durable. Effectivement, bien que les deux entrepreneurs aient choisi de prendre soin des abeilles en n’achetant que les surplus de cire d’abeille auprès des apiculteurs, d’autres points noirs sont à mentionner. Le coton bio qu’ils utilisent provient essentiellement des Etats-Unis, ce qui ne minimise pas l’empreinte écologique du produit fini, d’autant plus que la production engendre de nombreuses chutes non utilisées.

Malgré tout, ce qu’Abeillons commercialise sur internet est un concept prometteur et toujours préférable au plastique. Comptez entre 14€ pour un petit sachet, et 20€ pour le grand format.

Source: Geo


N’oubliez pas de nous suivre sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletter

Des idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude dans l’article ? Contactez-nous à l’adresse redaction@lecourrieraustralien.com

Share With: