fbpx
HomeACTUEtats-Unis, Australie et Royaume-Uni vont lancer un nouveau partenariat de sécurité dans la zone indo-pacifique

Etats-Unis, Australie et Royaume-Uni vont lancer un nouveau partenariat de sécurité dans la zone indo-pacifique

Les Etats-Unis, l’Australie et le Royaume-Uni vont annoncer mercredi un partenariat de sécurité historique pour défendre leurs intérêts dans la zone indo-pacifique, face aux appétits de la Chine, rapporte la presse australienne.

Ce partenariat permettrait en particulier à l’Australie de se doter de sous-marins à propulsion nucléaire, ce qui pourrait remettre en question une énorme commande de plus de 60 milliards de dollars passée à la France.Le nouveau pacte, baptisé “AUKUS”, permettrait aux trois pays de “partager des technologies avancées, en particulier de la technologie de propulsion nucléaire de sous-marins”, selon le Sydney Morning Herald.Le quotidien indique qu’une annonce officielle doit intervenir mercredi.Le président américain Joe Biden doit faire à 17h00 heure de Washington (21h00 GMT) une déclaration sur “une initiative de sécurité nationale”, selon son agenda.Il sera rejoint, en virtuel, par le Premier ministre australien Scott Morrison et le Premier ministre britannique Boris Johnson.Joe Biden s’est donné pour objectif de raviver les alliances des Etats-Unis face à la Chine, et a déjà dit à plusieurs reprises que la région indo-pacifique était une priorité.Mais ce pacte, s’il est confirmé, pourrait jeter un froid dans les relations avec la France, s’il débouche bien sur une annulation d’une gigantesque commande passée par l’Australie.Un accord-cadre conclu en 2016, et que le président français Emmanuel Macron s’est engagé à faire aboutir, prévoit la construction de 12 sous-marins à propulsion conventionnelle.

Le coût global du programme dont le français Naval Group avait la charge s’élève à 50 milliards de dollars australiens (constants, 31 milliards d’euros).

Le contrat était sous le feu des critiques depuis plusieurs mois de l’opposition travailliste en Australie, qui dénonçait son coût.

PLUS D’INFO SUR LE SUJET:

Share With: