fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTUExclusif – Christophe Lecourtier: “Nous devons démontrer qu’il y a bien un modèle français”

Exclusif – Christophe Lecourtier: “Nous devons démontrer qu’il y a bien un modèle français”

gjfood

L’Ambassadeur de France en Australie, Christophe Lecourtier, livre son analyse, ses émotions sur le passé récent, le présent et le futur lors d’un entretien exclusif pour voilasydney.com. Quel bilan tirer de 2015? Quels sont les enjeux pour la France en Australie en 2016?

Que retenez-vous de cette année 2015 ?

Ce fut une année très importante pour les relations franco-australiennes mais pas uniquement pour les raisons que l’on avait imaginées en 2014 lors de la visite d’Etat du Président Hollande. Les attentats de janvier et de novembre ont suscité de la part de l’Australie un bel élan de sympathie envers la France, ce qui fut extrêmement apprécié. Le monde entier a encore en mémoire les images du Parlement de Canberra ou de l’Opera de Sydney aux couleurs de la France…

Ces événements dramatiques ont aussi révélé quelque chose de nouveau. En Australie, la génération des 20-30 ans a d’un seul coup porté le regard sur la France. Auparavant, nous jouissions déjà d’une cote d’amour importante de la part des Australiens de plus de 40 ans. De ces personnes qui possèdent déjà un pouvoir d’achat élevé et manifestent un intérêt pour la culture, l’histoire, la mode ou encore la gastronomie…

En 2015, nous avons célébré à plusieurs reprises notre engagement commun dans la Grande Guerre : cela contribue à renforcer notre relation, à travers nos valeurs communes, même si ce sont des évènements d’un autre siècle. Aujourd’hui, à travers les attentats de Paris, la jeunesse australienne a compris que ce qui se jouait en ce moment en France les concernait aussi. Nous sommes tous citoyens du monde et la France est en quelque sorte redevenue l’endroit où se joue une part de l’avenir de nos démocraties en ce 21e siècle.

D’aucuns évoquent une « annus horribilis »… Il y a tout de même de bonnes choses à retenir de 2015 ?

C’est évident. La Cop 21 doit être considérée comme une véritable réussite. On pouvait notamment craindre les réticences de l’Australie à prendre des engagements forts. Mais le nouveau gouvernement Turnbull s’est immédiatement inscrit dans une dynamique participative. L’Australie a contribué au message envoyé au monde à Paris : «La communauté internationale est capable de prendre des décisions pour un futur meilleur».

Ce résultat était loin d’être assuré. La Cop 21 a aussi démontré à la jeunesse, particulièrement consciente des défis de la planète, que la France est un des seuls pays capables de prendre des risques pour construire un consensus sur un tel sujet et à organiser une conférence réunissant l’ensemble des acteurs, étatiques ou non, ce que peu de pays étaint prêts à assumer.

En 2016, l’objectif est de consolider cette relation au travers de partenariats économiques, notamment ?

En effet, la France souhaite devenir un partenaire privilégié de l’agenda économique de l’Australie.

C’est notamment le cas dans le domaine de l’innovation, qui constitue le grand défi proposé par le Premier Ministre Turnbull à l’Australie. Son Gouvernement entend en effet favoriser de nouveaux tremplins pour le développement du pays en privilégiant une économie dite “de l’intelligence”.

C’est un enjeu qui s’impose depuis longtemps aux pays européens. La France a notamment une expertise qualifiée dans les domaines de l’innovation et de la recherche. C’est l’occasion pour nous de démontrer qu’il y a bien un modèle français, que nous sommes prêts à partager avec l’Australie. Aussi bien en terme de politique publique pour pousser la création, l’investissement, l’innovation qu’en ce qui concerne les initiatives privées. Des visites de délégations d’entreprises, du MEDEF, des institutions de recherche et évidemment de personnalités politiques françaises sont à l’agenda 2016.

Team France, à l’initiative de la Chambre de Commerce Franco-Australienne, organisera d’ailleurs le 2016 National Innovation Excellence Business Forum dont l’objectif principal sera de renforcer les relations économiques entre les deux pays en démontrant, entre autres, que les sociétés françaises sont aptes à apporter des solutions aux besoins australiens.

C’est aussi cette année que l’Australie doit attribuer le contrat sur la construction de sa flotte navale et de ses sous-marins. Un contrat d’une valeur d’environ 20 milliards de dollars…

Nous sommes en compétition avec l’Allemagne et le Japon pour devenir le partenaire de l’Australie pour ce programme.

Dans ce cadre, nous proposons deux choses.

Tout d’abord, l’expérience industrielle acquise par la France depuis 60 ans dans le domaine naval. Les sous-marins sont en quelque sorte notre assurance vie, ils ont une importance capitale dans la dissuasion. La France est attachée à maintenir une avance technologique et des savoirs faire opérationnels qui lui garantissent, dans la durée, la supériorité de ses sous-marins.   . Nous sommes prêts à partager cette expérience avec l’Australie.

Ensuite, notre flotte dispose d’équipements de très haute technologie qui incorporent énormément d’innovations.. Les programmes développés en France depuis des années dans le domaine de la défense ont un effet structurant sur notre politique industrielle et contribuent sans aucun doute au développement d’une industrie nationale souveraine et compétitive. Ce dont les Australiens entendent se doter.

Autres sujets importants : les transports publics et l’infrastructure…

En effet, beaucoup de projets vont voir le jour cette année et la France est déjà partie prenante dans des réalisations aussi importantes que le tram à Sydney, ou sur la Gold Coast. Les succès français dans ces domaines mais aussi dans les énergies renouvelables ne sont plus à démontrer.

Mais nous pouvons aussi jouer un rôle pour accompagner l’Australie dans sa diversification économique, dans des domaines tels que l’agro-industrie ou le tourisme.

Ce sont autant de perspectives passionnantes ! La mission du Medef, qui était la plus importante depuis 20 ans, a permis de démontrer que la France est du côté des solutions pour rendre les villes smarter, pour permettre à l’Australie de mener à bien ses engagements vis-à-vis de la Cop 21 en matière de renouvelable, pour créer et développer de l’activité dans de nouveaux secteurs.

Les sociétés françaises ont déjà un bilan considérable ici, mais elles souhaitent faire davantage.

Un message particulier aux Français d’Australie?

La Communauté française en Australie est importante en nombre et en qualité. Comme l’a rappelé le Président de la République en 2014, il y a lieu de s’en féliciter. De mon point de vue, cette présence contribue tous les jours à renforcer les liens entre nos deux pays. C’est une chance pour l’avenir de nos relations.

Aujourd’hui je vois le rôle de l’ambassade comme un catalyseur, associant tous ceux qui ont des projets en Australie, dans une logique visant à démontrer la vitalité, la créativité de la France. Mais aussi la complémentarité, dans bien des domaines, entre nos deux pays.

La France doit aussi s’inspirer de certains aspects de la société australienne…

L’Australie est demeurée une société de confiance. C’est sa grande force ! Les gens se font confiance, ils ont confiance en leurs entrepreneurs. Bref, c’est une société de l’optimisme. J’y vois un ressort formidable pour faire face aux défis du 21è siècle.

En 2016, l’un des enjeux pour la France est de transformer l’intérêt, le respect qu’elle a suscité dans le monde après les attentats en une dynamique positive, tant pour elle même que pour les relations internationales. Après le temps de la résistance, doit venir celui de la reconstruction.

Pour ce faire, il nous faudra le soutien des nations qui partagent cette même ambition : construire un monde équilibré, entre sécurité et ouverture, efficacité économique et solidarité, entre culture propre et respect de la diversité.

Nul doute que l’Australie est au premier rang des partenaires de ce projet, fidèle en cela aux valeurs qui nous ont réunis il y a cent ans.

 

Comments
franckprovost
Share With: