fbpx
HomeACTU#GetVaccinated: “En tant qu’artistes, nous devons montrer l’exemple”

#GetVaccinated: “En tant qu’artistes, nous devons montrer l’exemple”

Le Courrier Australien encourage ses lecteurs à se faire vacciner afin que le plus rapidement possible, la population puisse être protégée et enfin profiter des plaisirs d’une liberté retrouvée. La rédaction vous proposera donc chaque semaine des entretiens/portraits de personnes vaccinées issues de la francophonie et vivant en Australie.

Nous avons rencontré (virtuellement) Gervais Koffi, artiste musicien ivoirien qui réside à Canterbury (à l’Ouest de Sydney) et dont le talent est reconnu dans de nombreux domaines et pays.

Pouvez-vous vous présenter brièvement et nous expliquer votre connexion avec la Francophonie ?

Je m’appelle Gervais Koffi, artiste musicien ivoirien et j’ai voyagé à travers le monde depuis l’Afrique du sud où je me suis produit pendant quatre ans avec les plus grands, j’ai en effet travaillé avec une des plus grandes boites d’enregistrement, la Gallo Music Production. J’ai eu la chance de produire quatre albums dont le plus célèbre avec 30 musiciens sud-africains extraordinaires qui ont enregistré notamment avec Paul Simon ! Aujourd’hui, j’adore jouer différents types de musique comme le Zouk, le Reggae ou la musique Latinos.

En 1998, j’ai suivi mon épouse australienne pour vivre ici. Depuis mon arrivée, je me suis ré-établi sur la scène musicale en travaillant étroitement avec le Sydney Harbour Foreshore Authority et Music Aviva (Café Carnival). Avec mon groupe Gervais Koffi and the African Diaspora, nous avons participé à de nombreux festivals ou animations à l’occasion des Australian Day Celebrations. Nous jouons aussi en concert dans des lieux mythiques comme The Basement ou The Civic Hotel à Sydney. Je suis un peu devenu le porte-drapeau de la musique africaine francophone en Australie.

Le monde du cinéma m’intéresse aussi beaucoup. Je suis aussi acteur, j’ai en effet joué le rôle d’un Jedi dans Star Wars (Koffi Arana dans « Star Wars III : La Revanche des Sith ») et je suis aussi devenu cinématographe. Je produis en effet des documentaires et des clips d’artistes musicaux.

L’Australie vous a apporté de belles surprises avec votre fils qui marche sur vos pas

En effet, mon fils Yannick est né en 1999 et j’ai passé beaucoup de temps avec lui. Il s’avère qu’à présent c’est un génie musical ! Je l’ai managé pendant un certain nombre d’années. Il a déjà été invité plusieurs fois au Japon, il a été sponsorisé par Fender, il s’est produit sur la chaîne américaine de Oprah Winfrey, CBS news à l’occasion du Home Run Festival en Floride où il a joué avec le fameux groupe jamaïcain Third World, sans oublier toutes les chaînes musicales en Australie.

Il a également été invité pour la cérémonie d’investiture du Président de Côte d’Ivoire Alassane Ouattara en 2011.

Le Sydney Morning Herald l’avait appelé en 2008, le “Mozart of the Art and Entertainment” dans une interview célèbre “Meet the Mozart of Marrickville”. Aujourd’hui, il est en dernière année au conservatoire.

Est-ce qu’il y a une grande communauté de la Côte d’Ivoire en Australie ?

Pas spécialement grande mais nous faisons partie de la grande communauté africaine avec entre autres la communauté ghanéenne, sierra-léonaise, sénégalaise, … D’ailleurs, mon groupe s’appelle Gervais Koffi & The African Diaspora car nous jouons justement pour cette diaspora africaine.

Comme beaucoup de secteurs, la pandémie Covid-19 vous a empêché de continuer votre activité pendant de nombreux mois. Comment avez-vous géré cette période ?

C’est une période très difficile. En ce moment, il n’y a plus ce momentum pour les musiciens. Et même quand les restrictions seront allégées, cela restera très compliqué. Les spectateurs devront probablement encore porter un masque, ne pourront peut-être pas danser, … Ce n’est pas la même chose. Tout le secteur souffre et nous sommes toujours dans l’incertitude. Espérons des jours meilleurs très rapidement. Les nouvelles sont plus optimistes avec un taux de vaccination qui monte assez bien ces dernières semaines.

C’est pour cela que vous vous êtes fait vacciner ? Pour mettre fin à cette période difficile ?

C’est une pandémie mondiale, et tout le monde doit apporter sa pierre à l’édifice. En tant qu’artistes, nous sommes des modèles et nous devons montrer l’exemple.

Quand il y a des concerts, je n’envisage pas que l’on puisse demander au public d’être vacciné pour assister au concert si le chanteur lui-même n’est pas vacciné. Il faut que tout le monde se sente en sécurité. Et ceci n’est pas uniquement valable pour des concerts, mais dans la vie de tous les jours. C’est une question de se protéger soi-même et aussi son entourage.

Il y a des personnes qui meurent de ce virus, il ne fut pas l’oublier.

Avez-vous encore des contacts avec la famille en Côte d’Ivoire ? Connaissez-vous des personnes qui ont été touchées par la Covid-19 ?

J’ai encore des contacts réguliers avec la famille “overseas”. J’ai malheureusement perdu deux oncles des suites du virus,  un résidait en France et l’autre à Abidjan.

L’Afrique est aussi confrontée à un problème supplémentaire avec la désinformation ou de nombreuses théories “conspirationnelles”. Il y a des gens qui pensent par exemple que la Covid, c’est la maladie des blancs et pas pour eux. Des gens disent aussi que si on se vaccine, on meurt dans sept ans !

Il y a aussi de nombreuses églises qui contribuent à cette désinformation. Je sais que c’est encore compliqué de convaincre les réticents de se faire vacciner.

J’essaie d’expliquer à ma famille, mes connaissances que c’est dangereux, qu’il faut se faire vacciner. C’est une action commune qui va aider à vaincre cette pandémie.

Qu’est-ce qui vous manque le plus durant cette période de confinement ?

Ce qui me chagrine, c’est que ce virus n’est pas encore maîtrisé, que le risque (même petit) est toujours présent pour les vaccinés aussi. Cela fait peur.

Mais les conséquences de ce confinement sont encore plus dures, savoir que de nombreuses personnes sont isolées, qu’elles périssent d’une certaine manière seule en attendant que les journées passent. Ne pas voir ses proches, c’est une épreuve très difficile.

Comment allez-vous célébrer la fin du confinement ou du moins l’allègement des restrictions?

En ce moment, c’est encore le flou total sur ce qui sera permis ou non. Le monde musical est en attente mais je suis certain que les musiciens peaufinent leurs armes pour offrir de beaux moments au public.

Plus d’info sur Gervais Koffi and The African Diaspora: https://gervaiskoffi.com/

Si vous souhaitez témoigner et partager votre expérience face à la crise Covid-19, n’hésitez pas à contacter la rédaction du Courrier Australien: redaction@lecourrieraustralien.com


Plus d’information sur le Covid-19 et comment réserver un rendez-vous pour se faire vacciner dans le NSW sur le site officiel Health NSW

Share With: