fbpx
HomeACTU“Il n’est jamais trop tard pour étudier”, Lorna Prendergast 90 ans et tout juste diplômée

“Il n’est jamais trop tard pour étudier”, Lorna Prendergast 90 ans et tout juste diplômée

Ce n’est pas tous les jours qu’une personne de 90 ans reçoit un master et c’est encore moins commun qu’elle complète l’ensemble de son cursus en ligne. Lors de la remise des diplômes à l’Université de Melbourne samedi dernier, Lorna Prendergast était pratiquement une invitée d’honneur de la cérémonie pour son parcours.

Originaire de Bairnsdale, à 300 kilomètres à l’Est de Melbourne, Mme Prendergast espère qu’avoir partagé son expérience durant la cérémonie aura fait réaliser aux autres qu’il n’est jamais trop tard pour apprendre. “Plus j’en sais maintenant, plus je veux qu’ils réalisent leurs rêves, s’est-elle exclamée. Personne n’est trop vieux pour s’asseoir et dire “Je suis trop âgé, je ne peux pas le faire”. “Ne pas pouvoir” n’existe pas dans le dictionnaire”.

Cette grand-mère a décidé de retourner étudier après la mort de Jim, son mari de 64 ans. C’était un artiste qui aimait l’aviation et après une année difficile, Lorna Prendergast a décrété qu’elle avait besoin de continuer de vivre. C’est en regardant le programme ABC science Catalyst qu’elle a trouvé ce qu’elle voulait faire.

“Je me disais “où est-ce que je vais comme cela?” Et par pure coïncidence, j’ai allumé la télé et c’était une émission à propos des bienfaits de la musique pour les personnes soufrant de démence. Je me suis dit “Je veux savoir quelque chose à ce sujet”, parce que j’avais déjà expérimenté les usages de la musique en tant qu’infirmière à domicile”.

L’utilisation de la musique comme une forme de soulagement temporaire pour les personnes atteintes de démence est devenue une passion et le centre d’intérêt de ses études.

Reprendre des études à la fin de ses 80 ans à distance signifiait devoir faire quelques changements au niveau technologique. Mais en tant qu’ancienne réceptionniste et libraire, et ayant étudié l’histoire de sa famille, elle a voulu relever le challenge. “Une des choses pour lesquelles j’ai pris du temps à m’habituer, c’est quand j’ai du faire des présentations avec des photographies. C’est ce genre de choses qui m’a pris un peu de temps”, a confié Mme Prendergast. “Mais nous avions une vraie bonne équipe à l’université qui a été très gentille et qui m’a beaucoup aidée.”

Sa professeure, Rosemary McKenzie, a dit de son élève qu’elle était “une inspiration”. Avec un Australien sur sept âgé de 65 ans ou plus, et le vieillissement de la population, les enseignants pensent que nous pouvons nous attendre à voir plus de personnes âgées dans les universités australiennes.

“Elle a été passionnée par l’apprentissage tout au long de la vie, et a été l’une des premières à adopter nos programmes d’études supérieures en ligne”, a déclaré le professeur agrégé McKenzie.“Elle a traversé ça, maîtrisé la technologie et la distance numérique. Elle est vraiment, je suppose, l’avant-garde des gens qui deviennent des apprenants à vie et qui entreprennent des études universitaires à tout âge.”

Maintenant qu’elle a reçu son diplôme, Lorna Prendergast a dit qu’elle voulait prendre le temps et se focaliser sur sa maison avant de décider ses prochains projets. “Ma fille m’a rappelé une citation de CS Lewis qui dit que tu n’es jamais trop vieux pour rêver et pour penser à un nouveau projet. “Et je le crois. Ne me demandez pas ce que sera ce prochain projet, mais je suis sûre que quelque chose va arriver quand j’aurai mis de l’ordre dans ma maison.”

Source : abc.net.


N’oubliez pas de nous suivre sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletter

Des idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude dans l’article ? Contactez-nous à l’adresse redaction@lecourrieraustralien.com

Share With: