fbpx
HomeACTU“Il n’y a que quatre pays du G20 qui ont une plus grande réduction des émissions depuis 2005 que l’Australie”

“Il n’y a que quatre pays du G20 qui ont une plus grande réduction des émissions depuis 2005 que l’Australie”

Découvrez la transcription de la conférence de presse du Premier ministre australien Scott Morrison ce dimanche 31 octobre à Rome. Le Premier ministre a été interrogé sur les discussions entamées durant le G20.

PREMIER MINISTRE : Bon, bonsoir à tous. L’Australie est ouverte. Les Australiens voyagent à nouveau. Le Victoria a atteint 80 pour cent de vaccination. L’Australie s’ouvre à Singapour, s’ouvre à la Nouvelle-Zélande. Le plan national fonctionne. Le public australien a gardé sa part de l’accord, ce qui signifie que le plan national leur permet de récupérer les choses que COVID leur a prises. Nous avons été ici au cours des deux derniers jours et le seront encore dans les jours à venir avec de nombreux leaders de pays du monde entier. Cela me permet de souligner encore une fois  que l’expérience de l’Australie à travers COVID a été tout à fait unique. Les taux de mortalité rencontré en Australie est un des plus bas au monde à cause de COVID. Notre économie a obtenu de bons résultats par rapport à tant de pays avancés et en développement dans le monde entier. Mais troisièmement, alors que nos taux de vaccination continuent d’augmenter, cela démontre simplement que malgré notre réponse au COVID, le virus reste une menace. La pandémie continue de faire rage dans le monde. Et c’est pourquoi le programme de vaccination dont nous avons discuté ces derniers jours reste si important car tant que le monde lui-même n’est pas plus largement vacciné, la pandémie continue de faire rage. J’ai été très heureux de nos discussions au cours des deux derniers jours sur certains problèmes sérieux et significatifs, de nos réponses au changement climatique et bien sûr, des problèmes liés à la pandémie. Nous avons également discutés des problèmes, en prévision de l’année prochaine, autour des médias sociaux et des plateformes numériques.

J’ai soulevé ce point dans ma première intervention, puis par la suite dans bon nombre des discussions directes que j’ai eues avec d’autres dirigeants. Ce n’est pas seulement quelque chose que les Australiens vivent. Le harcèlement, l’intimidation, l’utilisation abusive de ces plateformes se cachant derrière l’anonymat de ces plateformes de médias numériques, le manque de responsabilité lorsqu’il s’agit d’être éditeur. Ce sont les mêmes problèmes, que ceux rencontrés en Corée ou dans d’autres parties du monde, en Indonésie. Et donc j’ai été très heureux de voir le communiqué d’aujourd’hui, que cela a été reconnu et compris. Et lorsque nous en avons parlé, les gens et les dirigeants avaient une appréciation très fine et profonde de l’impact que cela a sur la santé mentale, en particulier des jeunes et des membres vulnérables de leur population. Donc, nous avons un programme de travail pour l’année prochaine, qui sera dirigé par l’Indonésie, nous les soutiendrons fortement.

En ce qui concerne le changement climatique, l’une des choses qui, je pense, a été soulignée dans mes discussions ici, c’est que l’Australie a une profonde compréhension des défis auxquels sont confrontés les pays en développement, que ce soit l’Indonésie et les pays dans le Pacifique. (…) Mais plus loin en Asie du Sud-Est, en raison de nos relations économiques, notre implication dans notre propre région nous donne un aperçu particulier, qui nous dit que, tout comme avec les vaccins, à moins que le monde entier ne soit vacciné, la pandémie continuera de faire rage.

Il en va de même lorsqu’il s’agit de faire face au changement climatique. À moins que les technologies ne soient à la fois abordables et évolutives dans les pays en développement, vous ne verrez pas les émissions baisser dans ces pays. Ce n’est pas bien  de dire aux pays en voie de développement qu’ils doivent en quelque sorte se contenter de moins, qu’ils ne peuvent pas avoir la même croissance que leurs propres économies et les emplois et l’élévation du niveau de vie que les pays développés ont apprécié. Et la façon dont cela est réalisé pour eux est de s’assurer que nous pouvons obtenir ces coûts technologiques aussi bas que possible et ainsi ils peuvent être repris dans les pays en développement et ils peuvent réaliser ce qu’ils espèrent réaliser.

Je suis positif à ce sujet, donc je suis optimiste à ce sujet, car il y a 18 mois, il n’y avait pas de vaccin COVID-19. Et en moins de deux ans, le monde se fait désormais vacciner contre une pandémie dont on ignorait tout il y a deux ans. Et cela démontre simplement que lorsque le monde concentre ses investissements dans la technologie, la science et la recherche, que ces réponses sont trouvées et donc le si et le quand, ces problèmes ne sont plus les problèmes, le seul problème maintenant est de savoir comment, alors que nous allons à la COP26. J’espère que c’est l’objectif. L’accent est mis sur la façon dont nous y parvenons et comment nous y parviendrons en veillant à ce que cette technologie soit abordable et évolutive. Et si nous atteignons les objectifs technologiques définis dans le plan de la voie australienne, alors zéro net émission d’ici 2050, est quelque chose que non seulement l’Australie peut atteindre, mais aussi beaucoup d’autres pays.

JOURNALISTE : Les réticences exprimées au G20 sur le changement climatique en 2050 par les Russes et les Chinois, les Indiens . Est-ce que cela donne un coup de fouet à la COP26 en termes de ce que nous pouvons en attendre en termes de progrès significatifs.

PREMIER MINISTRE : Eh bien, je pense qu’il y aura des progrès. La destination, je pense, est comprise et convenue. Le monde passera à une nouvelle économie énergétique. Il passera à une économie nette zéro décarbonée. Et le rythme de cela et la façon dont ce voyage est parcouru par les pays seront différents. Dans différents pays, ils ont des défis différents et ils trouveront leurs différents chemins vers cette même destination. Et penser qu’aspirer à cet objectif signifie que chaque pays doit y arriver de la même manière. Je ne pense pas que ce soit réaliste. Et franchement, je pense que c’est un peu naïf.

JOURNALISTE : Mais Premier ministre pas en même temps non plus, comme 2050 c’est ce que vous avez signé.

PREMIER MINISTRE : Bien sûr.

JOURNALISTE : Mais les gros émetteurs ne s’engagent pas pour ça. À quel point est-ce une préoccupation? Cela affaiblit vraiment le résultat de la COP26.

PREMIER MINISTRE : Eh bien, permettez-moi de parler de la performance de l’Australie, et vous m’avez entendu dire à plusieurs reprises et je vais vous le répéter. Il n’y a que quatre pays qui siègent autour de la table du G20 qui ont une plus grande réduction des émissions depuis 2005 que l’Australie. L’Allemagne, l’Italie, la France et le Royaume-Uni. Il n’y a qu’un seul autre pays que l’Australie, qui a connu une réduction plus importante de l’intensité de ses émissions, exprimée en pourcentage de son PIB. C’est le Royaume-Uni. L’Australie occupe la deuxième place du G20. Nous y parvenons donc, nous avons déjà réduit de 20 % nos émissions et notre voie va être tracée par la technologie. Ce que je veux dire, c’est que la technologie est la façon dont la Chine peut y parvenir, l’Inde peut y parvenir, l’Indonésie peut y parvenir. L’idée que nous allons prendre des modèles économiques en développement et les forcer, désolé les modèles économiques développés et les imposer aux économies en développement et dire que c’est la voie que vous devez emprunter, cela ne fonctionnera pas. La voie que nous avançons consiste à dire que les coûts de la technologie sont aussi bas que possible. Ne forcez pas le coût de ce qu’ils utilisent actuellement. Cela ne fera que nuire aux personnes qui peuvent le moins se le permettre. Notre modèle, et je pense que cela vient d’une profonde appréciation des défis auxquels sont confrontés nos propres partenaires et amis dans notre propre région, que ce soit en Indonésie, en Inde, au Vietnam ou dans des endroits comme celui-ci. Ils ont besoin de cette technologie moins chère. Maintenant, si nous pouvons produire un vaccin COVID en 18 mois, nous pouvons également y parvenir. Et lorsque vous y parviendrez, ces pays l’adopteront. Pourquoi ne le feraient-ils pas?

Share With:
Tags