fbpx
HomeACTUInterdit en Australie, le débat sur le bébé génétiquement modifié refait surface

Interdit en Australie, le débat sur le bébé génétiquement modifié refait surface

”Mon enfant, je le veux blond aux yeux vert avec un corps de Dieu grec et le cerveau Albert Einstein.” Et si un jour cela était possible ? En Australie, des lois et des directives de bio-éthiques encadrent très fortement le recours à la sélection des bébés à usages non-médicales. Mais un couple d’australien, réclamant ce droit à la sélection, relance le débat sur le continent australien. 

20.000 $ AUD. C’est la somme rondelette dépensée par un couple d’Australiens pour se rendre dans une clinique américaine afin de choisir les caractéristiques physiques et intellectuels de leur bébé par fécondation in vitro. Car contrairement à l’Australie, les Etats-Unis sont beaucoup plus permissifs en direction de ”l’industrie de la fertilité”.

The Fertility Institutes, clinique américaine basée à New York et Los Angeles assure être venu en aide à plus de 370 couples australiens. Parmi les critères retenus, un QI élevé, de grandes capacités sportives ainsi l’absence de la maladie d’Alzheimer sont particulièrement prisés des parents. Comment ont-ils procédé ? Grâce au diagnostic génétique préimplantatoire ( DPI ).

Ce diagnostic permet de détecter la présence d’éventuelles anomalies génétiques ou chromosomiques dans les embryons conçus après une FIV. Le but étant de différencier les embryons atteints d’une maladie génétique de ceux porteurs sains. Un diagnostic essentiel permettant de détecter des maladies génétiques et donc parfois de  se substituer au diagnostic pré-natal. Mais une pratique détournée de plus en plus de ses usages médicales.

L’Australian Health Ethics Committee, l’AHEC, estime que ces questions relèvent autant de l’ordre social et politique que de l’ordre éthique et suggère qu’une grande consultation nationale soit lancée pour débattre de cette pratique.

 


N’oubliez pas de nous suivre sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletter

Des idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude dans l’article ? Contactez-nous à l’adresse redaction@lecourrieraustralien.com

Share With: