fbpx
HomeACTUKevin Rudd : “Une débâcle de politique étrangère et de sécurité nationale pour l’Australie”

Kevin Rudd : “Une débâcle de politique étrangère et de sécurité nationale pour l’Australie”

L’ancien Premier ministre australien Kevin Rudd a qualifié le différend sous-marin en cours avec la France de « débâcle de politique étrangère et de sécurité nationale » pour son pays. Rudd a déclaré que la France avait “tout à fait le droit d’être en colère” face à la perte soudaine d’un contrat de sous-marins de plusieurs milliards d’euros avec l’Australie, après que Canberra ait choisi d’acheter des sous-marins nucléaires américains à la place. Il a également appelé à une enquête parlementaire sur la décision du Premier ministre Scott Morrison.

L’ancien Premier ministre australien Kevin Rudd a rejeté l’argument du Premier ministre Scott Morrison selon lequel un passage à l’alliance AUKUS (Australie-Royaume-Uni-États-Unis) répondrait aux intérêts de sécurité nationale de l’Australie, principalement à la menace croissante de la Chine. Rudd a déclaré que lorsqu’il était au pouvoir il y a dix ans, la menace chinoise était déjà une priorité majeure et la principale raison de l’accord initial sur les sous-marins avec la France. Rudd a déclaré que la France avait “tout à fait le droit d’être en colère” à propos de l’accord abandonné, exprimant sa crainte que la crise diplomatique n’ait des effets durables et dommageables sur les relations bilatérales.

Rudd a déclaré à FRANCE 24 que le gouvernement australien aurait dû informer le gouvernement français et la société française de construction des sous-marins de son intention de passer des sous-marins à propulsion diesel à des sous-marins à propulsion nucléaire. Il a ajouté qu’au lieu de simplement choisir l’offre américaine, Canberra aurait dû laisser la France participer à un nouvel appel d’offres ouvert. De plus, il a affirmé que la décision retarderait la livraison des sous-marins et laisserait son pays « nu » dans les années 2030.

Enfin, Rudd a appelé à une enquête parlementaire sur la décision, soulignant que les contribuables australiens devaient savoir précisément comment la décision s’était déroulée et combien cela leur coûterait.

Share With: