fbpx
HomeACTULa biotech australienne CSL rachète le suisse Vifor pour 11,7 milliards de dollars

La biotech australienne CSL rachète le suisse Vifor pour 11,7 milliards de dollars

La société biopharmaceutique australienne CSL va racheter le suisse Vifor pour 11,7 milliards de dollars (10,3 milliards d’euros), a-t-il annoncé mardi, faisant bondir le cours de cette société spécialisée dans les traitements pour les carences en fer et maladie des reins.

Le groupe australien a proposé 179,25 par action pour s’emparer de ce groupe suisse qui doit lui permettre d’élargir son portefeuille de produits pharmaceutiques, a-t-il indiqué dans un communiqué.

Approuvée à l’unanimité par les conseils d’administration des deux entreprises, cette offre représente une prime de 61% par rapport au cours de clôture de Vifor au 1er décembre, lorsque les premières rumeurs d’un intérêt de CSL se sont ébruitées, a précisé le groupe suisse dans un communiqué séparé.

A 14H54 GMT, l’action Vifor, qui a déjà gagné plus de 35% depuis début décembre, s’adjugeait 11,99% à 157,12 francs suisses, à contre-tendance du SPI, l’indice élargi de la Bourse suisse, en repli de 0,40%.

L’offre en numéraire sera financée par un placement d’environ 4,5 milliards de dollars auprès d’investisseurs institutionnels, une facilité de crédit de 6 milliards de dollars auxquels s’ajouteront 2 milliards de dollars de liquidités.

« Vifor Pharma va aussi nous permettre d’étendre notre présence sur les marché en croissance rapide de la néphrologie (ndlr: maladies des reins) », a souligné Paul Perreault, le directeur général de CSL, cité dans le communiqué.

Entre le vieillissement de la population et l’augmentation de la prévalence de maladies chroniques des reins, sous l’effet de facteurs tels que le diabète et les maladies cardio-vasculaires, ce marché devrait se monter à quelque 25 milliards de dollars en 2026, a fait valoir le groupe australien.

L’offre devrait être lancée aux alentours du 18 Janvier, a détaillé Vifor, estimant que la transaction devrait être achevée aux environs de mi-2022.

Ce rachat, soumis à approbation règlementaire, est également soumis à conditions. L’offre devra récolter au moins 80% des titres.

Share With:
Tags