fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTULa finalisation du contrat des sous-marins est sur la bonne voie malgré les craintes d’officiers de marine à la retraite

La finalisation du contrat des sous-marins est sur la bonne voie malgré les craintes d’officiers de marine à la retraite

gjfood

Le ministre de la Défense, Christopher Pyne, a déclaré que le gouvernement avait réglé ses principaux désaccords avec le groupe français de construction de sous-marins, Naval Group, et qu’il allait enfin signer un contrat global au début de l’année prochaine pour la construction de la nouvelle flotte.

L’annonce par M. Pyne de la conclusion des négociations âprement disputées au sujet du programme de 50 milliards de dollars intervient alors qu’un groupe d’anciens amiraux a écrit au Premier ministre Scott Morrison pour l’inviter à envisager un « plan B » de sous-marins.

Des représentants de la marine et de la défense australiennes ont été impliqués pendant des mois dans des discussions parfois houleuses avec le constructeur de navires français.

« Je peux annoncer que les négociations entre le Commonwealth et le Groupe naval sur toutes les dispositions clés de l’accord de partenariat stratégique sont terminées », a déclaré M. Pyne. L’accord – le document critique qui établit une feuille de route pour le programme – sera signé au début de 2019, a-t-il déclaré.

Dans le même temps, le groupe d’anciens officiers supérieurs de la marine et de sous-mariniers a fait valoir que l’Australie devrait envisager une évolution de la conception du sous-marin Collins, en tant que plan B, afin de garder les Français sur leurs gardes. Ils demandent au gouvernement de mener une étude de 50 millions de dollars sur la collaboration avec la société suédoise Kockums sur le projet dit « du fils de Collins », qui pourrait être moins cher, moins risqué et plus rapide à réaliser.

Les sous-marins font partie des pièces les plus complexes fabriquées par un pays et constituent le moyen de dissuasion stratégique le plus puissant de toute armée. Ils coûtent toujours cher, bien qu’à environ 4 milliards de dollars par bateau, l’offre du groupe naval était plus chère qu’un sous-marin, ont déclaré les officiers à la retraite.

L’ancien gouvernement Turnbull a choisi la société française comme partenaire de la future flotte de sous-marins, d’une valeur de 50 milliards de dollars, par rapport aux concurrents japonais et allemand.

Kockums, qui a conçu la classe Collins, n’a pas été pris en compte dans le « processus d’évaluation concurrentiel » final, principalement parce qu’il n’avait ni conçu ni construit un nouveau sous-marin depuis de nombreuses années. Bien que le Collins ait eu des problèmes très tôt et ait fait l’objet de commentaires politiques décriants, il est maintenant largement considéré comme un bon sous-marin.

Peter Briggs, qui était à la tête du programme d’acquisition de sous-marins australien vers 2000, a déclaré qu’un sous-marin Collins évolué pourrait être dans l’eau au moins cinq ans avant le premier des bateaux de conception française. La situation stratégique de l’Australie s’est « considérablement détériorée », rendant plus urgente une flotte de sous-marins solide, a-t-il déclaré.

Dans la lettre qu’il a écrite à M. Morrison, lui et les trois autres officiers de la marine à la retraite ont déclaré: « Nous sommes profondément préoccupés par le manque de capacités sous-marines à l’avenir, ainsi que par les coûts et les risques excessifs du programme ».

Le plan B pourrait être parallèle au programme français et ne pas l’interférer. Le Collins évolué pourrait être « moins cher, plus rapide, moins risqué et offrir un plus grand degré de participation et de souveraineté de l’industrie australienne », ont-ils écrit.

M. Pyne a répondu que « l’option alternative proposée dans la lettre à M. Morrison avait été examinée de manière approfondie et rejetée à la suite des résultats d’un examen indépendant ».

Sources: smh

——————————————

N’oubliez pas de suivre Le Courrier Australien sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletterDes idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude ? Contactez-nous à redaction@lecourrieraustralien.com.

Comments
franckprovost
Share With: