fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTULa France et l’Australie en concurrence pour un projet de surf électrique

La France et l’Australie en concurrence pour un projet de surf électrique

nc

Une PME de Perpignan a mis sur pied un projet ambitieux de surf électrique permettant de prendre de la vitesse et donc de faciliter la prise de la vague. Ce surf  »made in Pyrénées-Orientales » a permis à cette petite start-up de dégager d’importants bénéfices. De quoi faire frémir, l’Australie, la patrie du surf. 

« Regarde, c’est Jésus sur l’eau« , « Encore un truc américain« : en ce début mai, les badauds qui déambulent sur le port de Collioure s’ébahissent devant un surfeur à 30 cm au-dessus de l’eau.

Chris Defrance, patron de Redwoodpaddle, une PME de Perpignan, réalise un ultime essai en mer avant la commercialisation début juin d’une innovation: un surf électrique sur foil, une aile immergée qui permet à la planche d’évoluer en volant sur l’eau.

« C’est toujours comme ça, à chaque sortie on suscite la curiosité et des attroupements« , lance Greg depuis le quai. Outre le développement de ce nouveau jouet, le jeune homme s’occupe de la communication de la PME.

« Pour les premiers essais, on allait dans des criques, on se cachait », affirme Chris « parfois ça marchait dans l’atelier, et plus du tout quand on le mettait à l’eau« , s’amuse-t-il.

Cette fois, le patron de la petite PME décolle de la surface de l’eau à peine monté sur sa planche, d’un simple coup d’accélérateur sur une commande sans fil.

L’Australie dans les starting-blocks

Avec 1,5 million de chiffre d’affaires en 2017, sa marque se revendique comme une référence montante sur le marché des surfs et paddles, qu’elle commercialise directement sur internet.

Une réussite qui fait pâlir un pays de surf comme l’Australie qui voit dans cette nouvelle technologie un marché extrêmement prometteur. Au salon nautique de Paris, de nombreux investisseurs américains mais aussi chinois sont intéressés par le projet :  »le surf décourage beaucoup de monde car il est difficile de commencer…quoi de mieux qu’un coup de pouce de technologie ! »

Reste à savoir si l’Australie, qui n’a pas encore annoncé de projet, tirera rapidement son épingle du jeu et se fera une place sur un marché qui s’annonce extrêmement porteur pour la décennie qui s’ouvre.


N’oubliez pas de suivre Le Courrier Australien sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletter

Des idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude dans l’article ? Contactez-nous à l’adresse redaction@lecourrieraustralien.com

 

 

Comments
nc
Share With: