fbpx
HomeACTUAUSTRALIELa plus ancienne preuve de vie sur la terre ferme découverte en Australie Occidentale

La plus ancienne preuve de vie sur la terre ferme découverte en Australie Occidentale

Des fossiles découverts en Australie Occidentale font remonter de plus de 500 millions d’années en arrière les premières preuves de vie sur la terre ferme – et donnent aux scientifiques de nouvelles pistes de recherche pour débusquer des traces de vie sur Mars.

Des preuves de vie ont été découvertes sous la forme de stromatolithes fossilisés – des agrégats formés par des cyanobactéries – dans le craton de Pilbara, en Australie Occidentale. La datation de ces fossiles fait remonter leur formation à 3,48 milliards d’années. En outre, l’étude récente conduite par des chercheurs de l’Université de Nouvelles-Galle du Sud et publiée dans la revue Nature ce 9 mai a mis en évidence la présence de geyserite dans ces gisements. Cette roche caractéristique des sources chaudes terrestres confirme que ces stromatolithes ont été formés sur la terre ferme, et non en milieu marin comme on le pensait. Ils constitueraient donc la plus ancienne preuve de vie sur la terre ferme — 580 millions d’années plus tôt que ce que les scientifiques imaginaient jusque-là.

Compte-tenu de sa datation, la découverte a aussi une toute autre portée : elle laisse entrevoir que la vie aurait pu apparaître non pas dans l’océan, comme on l’a toujours pensé, mais sur la terre ferme.

 

Des indices pour la recherche de traces de vie sur Mars

Tara Djovic, étudiante en doctorat de l’UNSW et co-auteur de l’étude publiée dans Nature, ne cache pas son enthousiasme : « La surface de Mars s’est formée approximativement en même temps que les dépôts des sources chaudes de Pilbara. Si la vie s’est développée sur Mars, il y a donc de bonnes chances qu’on en trouve des traces au niveau de dépôts similaires sur la planète rouge. »

Cette découverte fournit de nouvelles pistes de recherche de traces de vie sur Mars. La NASA confirme d’ailleurs que les résultats seront utilisés pour sélectionner le site sur lequel se posera son projet Mars 2020, chargé de récupérer des échantillons sur la planète rouge.

 


Source : mashable.com

Share With: