fbpx
HomeACTULa politique d’immigration de l’Australie menacerait la vie des réfugiés

La politique d’immigration de l’Australie menacerait la vie des réfugiés

Selon un récent rapport, les politiques d’immigration dissuasives de l’Europe et de l’Australie constitueraient une “entrave aux personnes fuyant la guerre et la persécution”.

 

Le rapport, “The Interdiction of Asylum Seekers at Sea: Law and (mal)practice in Europe and Australia“, explique que les opérations menées par l’Australie et l’Union Européenne, respectivement “The Australia’s Operation Sovereign Borders” et les opérations “Sophia” et “Triton”, ne respectent pas les obligations juridiques internationales et ne sont pas des stratégies viables sur le long terme.

 

Selon Violeta Moreno-Laxe, auteur du rapport, “ces politiques de dissuasion ne respectent pas la convention des Nations Unies sur le droit de la mer, la convention de recherche et de sauvetage, la convention sur la sécurité de la vie en mer, et la convention sur les réfugiés ou les traités internationaux relatifs aux droits de l’homme”. Cela fait beaucoup.

Madame Moreno-Laxe, co-fondatrice du Centre pour les Affaires juridiques européennes et internationales (CEILA) à l’Université Queen Mary de Londres, affirme que ces “politiques de dissuasion ne permettent pas de sauver des vies”.

 

Voilà ce que prévoit le gouvernement australien en matière de politique migratoire : la détention est obligatoire pour les réfugiés arrivant en bateau aux abords des côtes australiennes, et toute tentative d’installation en Australie leur est également interdite.

Pour le Ministre de l’immigration australienne, Peter Dutton, cette politique aurait permis de sauver d’innombrables vies en interceptant et renvoyant plus de 30 bateaux contenant plus de 765 demandeurs d’asile.

Le dernier bateau en date avait atteint les Îles Cocos au mois de mai de l’année dernière, mais ils ont été expulsés vers le Sri Lanka dans un délai de quatre jours.

 

Les opérations Triton et Sophia en Méditerranée ont été largement critiquées également. Les noyades ont été très fréquentes, et elles n’ont pas suffi à résoudre de manière profonde le problème.

Selon le rapport, les cas des demandeurs d’asiles devraient être évalués à leur arrivée sur le continent. Il indique également que les pays devraient créer des voies alternatives pour permettre un accès sécuritaire et juridique aux deux continents. Cela pourrait réduire les phénomènes de contrebande et les incidents mortels en mer.

 


Source : www.theguardian.com

Share With: