fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTULa taxe sur les backpackers reportée à janvier 2017

La taxe sur les backpackers reportée à janvier 2017

NCT

Les étrangers détenteurs du visa Working Holiday obtiennent six mois de répit avant l’entrée en vigueur de la nouvelle taxe sur les backpackers. Ce renvoi s’inscrit dans une tentative du gouvernement Turnbull d’éviter une débâcle électorale dans les régions rurales.

Toutefois, il ne s’agit que d’un report, la taxe sur les backpackers sera bien appliquée à partir du 1er janvier 2017, d’une façon ou d’une autre.

Le gouvernement fédéral avait prévu pour juillet 2016 l’imposition d’une taxe de 32,5 % sur les revenus des backpackers dès le premier dollar gagné. Or d’autres travailleurs ne commencent à payer leur taxe que lorsque leurs revenus dépassent le seuil de 18 200 dollars.

Les agriculteurs et les opérateurs touristiques craignaient que cette taxe ne décourage les étrangers à venir en Australie. D’ailleurs, une pétition en ligne contre cette mesure a déjà recueilli 48 000 signatures.

Le parti travailliste estime que la taxe ne sera pas supprimée tant que le gouvernement ne l’écartera pas définitivement du budget avec les 500 millions de dollars qu’elle comptait rapporter.

Kelly O’Dwyer, adjoint au ministre des Finances, a indiqué aux journalistes que la taxe serait suspendue pour une période de six mois dans l’attente d’un examen ministériel dirigé par Barnaby Joyce, leader du parti national.

Lors de son entrée en vigueur en janvier 2017, des modifications pourraient être apportées à cette mesure en fonction des recommandations issues de cet examen.

La colère des agriculteurs ne s’est pas apaisée. Ce report de six mois signifie que la taxe sera appliquée au beau milieu de la période la plus chargée de l’année pour les agriculteurs.

« Les agriculteurs de tout le pays se demanderont quelle superficie de terres faudra-t-il cultiver, si le nombre de backpackers, déjà en baisse, reculera davantage dans les mois à venir », affirme Brent Finlay, président de la fédération australienne des agriculteurs (National Farmers’ Federation).

« La dernière chose que nous désirons, c’est nous retrouver dans la même situation dans six mois, sans aucune solution viable ».

Les opérateurs touristiques redoutent que les backpackers boudent tout simplement l’Australie.

« Cette idée de taxer de 32,5 % des revenus des détenteurs du visa Working Holiday dès le premier dollar qu’ils gagnent est malavisée puisqu’il existe bien d’autres destinations où ils peuvent se rendre et dépenser leur argent », a déclaré Margy Osmond, directrice du forum des entreprises du tourisme et des transports.

La chambre australienne du commerce et de l’industrie espère que la taxe sur les backpackers sera abolie, arguant que les jeunes étrangers effectuent des boulots qui autrement ne seraient pas accomplis.

Les détenteurs du visa Working Holidays constituent près d’un quart de la force de travail agricole du pays. Dans le Territoire du Nord, ils représentent 85 % de tous les employés agricoles.

Shenal Basnayake, directeur des agriculteurs du Territoire du Nord, explique que la perte de ces employés conduira à la fermeture de nombreuses fermes.

Le premier ministre australien, Malcolm Turnbull, en déplacement à Darwin au second jour de la campagne électorale, a reconnu que cette taxe soulevait toute une série de questions.

 « Nous sommes à l’écoute des préoccupations des secteurs horticole et hôtelier », a-t-il indiqué aux journalistes.

L’examen ministériel analysera les vastes répercussions que pourrait engendrer cette nouvelle taxe.

L’impact de ce report sur le budget du gouvernement sera de 40 millions de dollars.

Bill Shorten, chef de l’opposition, a indiqué que le gouvernement a fait « du grand n’importe » quoi concernant cette taxe, mais il n’a pas voulu s’exprimer sur le possible abandon de cette mesure de la part du parti travailliste.

Il a accusé le gouvernement de repousser toutes les questions épineuses après les élections.

Les verts ont qualifié le renvoi de manœuvre cynique de la part du gouvernement et ont exhorté ce dernier à supprimer purement et simplement cette taxe.

Source : The Australian

Comments
franckprovost
Share With: