fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeNewsAustraliaLa thérapie de conversion des homosexuels interdite dans le Victoria

La thérapie de conversion des homosexuels interdite dans le Victoria

Les pratiques de conversion des homosexuels ont été interdites dans Victoria après un long débat au Parlement durant la nuit.

Le projet de loi d’interdiction des pratiques de changement ou de suppression (conversion) a été adopté par le Conseil législatif jeudi soir par 29 voix contre neuf à la suite d’un débat marathon de 12 heures. Le projet de loi interdira les pratiques qui visent à modifier ou à supprimer l’orientation sexuelle ou l’identité de genre d’une personne. Ceux qui se sont livrés à des pratiques de conversion qui entraînent des blessures graves s’exposeront à des peines allant jusqu’à 10 ans de prison ou jusqu’à 10 000 dollars d’amende.

En soutenant le projet de loi, le député du Parti de la justice animale, Andy Meddick, s’est décrit comme le fier père de deux enfants transgenres «parfaits».

«Ils n’ont pas besoin d’être réparés. Aucun autre enfant ou adulte qui ne correspond pas à une croyance souvent religieuse selon laquelle la sexualité et le genre ne sont que binaires ne doit être réparé», a-t-il déclaré.

Harriet Shing, du Parti travailliste, la première députée ouvertement lesbienne du parlement victorien, a reconnu les victimes de la thérapie de conversion et les groupes de survivants qui ont plaidé pour l’interdiction pendant de nombreuses années.

«(Leurs expériences) ont eu pour effet, directement ou indirectement, de les briser ou d’essayer de les briser», a-t-elle déclaré.

Des partisans tels que le Brave Network, le comité LGBTQIA + de l’Église unificatrice d’Australie et les catholiques arc-en-ciel, ont décrit le projet de loi comme «la réalisation la plus importante du monde en matière de législation réduisant l’influence diabolique du mouvement de conversion».

Le projet de loi va plus loin que celui adopté dans le Queensland l’année dernière en ce sens qu’il interdit les pratiques néfastes non seulement dans les établissements de soins de santé, mais aussi dans les établissements religieux. Des groupes confessionnels ont affirmé que le projet de loi attaque la liberté religieuse, tandis que certains professionnels de la santé ont exprimé des craintes qu’il pourrait compromettre la pratique de la psychiatrie et de la psychothérapie.

«Ce projet de loi n’interdit pas la prière. Cela n’empêche pas les professionnels de la santé de faire leur travail. Cela n’empêche pas les parents de parler à leurs enfants de leurs opinions sur la sexualité ou le genre », a déclaré la procureure générale Jaclyn Symes.

Le projet de loi ira maintenant au gouverneur de Victoria pour la sanction royale. Il n’entrera pas en vigueur avant 12 mois.

Share With: