fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTULa ville de Brisbane dit « non » aux pailles et bouteilles en plastique

La ville de Brisbane dit « non » aux pailles et bouteilles en plastique

NCT

Le conseil municipal de Brisbane a annoncé le 16 mai dernier qu’il s’engageait à interdire les pailles et bouteilles en plastique, ainsi que les ballons d’hélium.

Moins de deux semaines après avoir exclu la mise en place d’une telle interdiction, le conseil municipal de Brisbane, l’un des plus importants d’Australie, a fait machine arrière et s’est engagé contre la pollution plastique.

Selon le vote des membres du conseil, ballons d’hélium, pailles et bouteilles en plastique à usage unique seront désormais interdits lors des événements organisés par le conseil municipal. Les fournisseurs ne seront pas autorisés à fournir ces objets, mais les invités resteront libres d’apporter les leurs.

Les organisateurs des événements parrainés par le conseil municipal seront également encouragés à adopter des pratiques similaires, afin de réduire davantage le nombre de plastiques atteignant les cours d’eau de la ville.

Le conseiller de l’opposition, Jared Cassidy, a déclaré au Brisbane Times que cette décision était une victoire pour la ville du Queensland. « C’est un bon résultat pour Brisbane et nous sommes ravis d’avoir pu mener le débat là-dessus », a-t-il dit.

Pour rappel, le 1er juillet 2018, le Queensland, le Victoria et le Western Australia banniront la distribution de sacs plastiques gratuits. Le South Australia depuis 2009, l’ACT et le Northern Territory depuis 2011, et la Tasmanie depuis 2013 appliquent déjà cette interdiction. Seul état n’ayant pas suivi la marche, le New South Wales verra lui aussi les sacs plastiques disparaître des supermarchés Woolworths et Coles, les deux géants de la distribution ayant annoncé en juillet dernier leur décision de supprimer les emballages de tous leurs magasins en Australie.

DdUpA1_VAAEQtCmL’annonce du conseil municipal de Brisbane est intervenue le même jour que le dévoilement de la couverture du mois de juin du magazine National Geographic. Elle illustre de manière frappante un sac plastique partiellement immergé dans un océan et suggère que la pollution du plastique sur notre planète n’est que la pointe de l’iceberg.

Les scientifiques ont récemment trouvé un sac en plastique dans la fosse des Mariannes, le point le plus profond de l’océan, à près de 11 kilomètres de la surface.

Un million de bouteilles en plastique sont achetées chaque minute à travers le monde et la plupart d’entre elles finissent dans des décharges où elles prennent beaucoup de temps à se décomposer, ou dans l’océan où elles tuent la vie marine. Si ce ne sont pas des bouteilles, ce sont les sacs en plastique et d’autres emballages à base de plastique qui atteignent les cours d’eau et nuisent à la faune.

Sources : www.news.com.au, www.brisbanetimes.com.au


N’oubliez pas de nous suivre sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletter

Des idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude dans l’article ? Contactez-nous à l’adresse redaction@lecourrieraustralien.com

Comments
franckprovost
Share With: