fbpx
HomeACTUL’Ambassadeur de France en Australie sans faux discours: “contrat, loyauté, nucléaire, ambition climatique,…”

L’Ambassadeur de France en Australie sans faux discours: “contrat, loyauté, nucléaire, ambition climatique,…”

This page/article is also available in: enEnglish

L’ambassadeur de France en Australie, Jean-Pierre Thebault, a réalisé une performance remarquable qui restera sans aucun doute dans l’histoire de la relation entre la France et l’Australie.

Le discours prononcé mercredi au National Press Club et en direct sur la télévision nationale australienne ABC fait suite à l’embrasement diplomatique entre l’Australie et la France qui s’est intensifié cette semaine après que le président français Emmanuel Macron a accusé le Premier ministre Scott Morrison de lui avoir menti.

La France a réagi avec fureur à la décision de l’Australie en septembre de supprimer l’accord français et de signer à la place le pacte de défense AUKUS avec la Grande-Bretagne et les États-Unis pour construire des sous-marins à propulsion nucléaire. Suite à cette annonce, M. Thebault et l’ambassadeur de France aux États-Unis ont été rappelés à Paris pour des consultations avec le gouvernement.

Plus qu’un contrat, “Quand on trompe un ami, un allié, on lui ment”. 

Lors de sa première apparition publique depuis son retour en Australie, l’ambassadeur de France a réitéré l’accusation de son gouvernement selon laquelle les actions de l’Australie équivalaient à un “coup de poignard dans le dos”. “Quand on trompe un ami, un allié, on lui ment”.

“Il y avait bien plus en jeu que de fournir des sous-marins, il s’agissait d’un accord commun sur la souveraineté, scellé par la transmission de données hautement classifiées, la façon dont cela a été traité était un coup de poignard dans le dos. Ce ne sont pas des choses qui se font entre partenaires, encore moins entre amis. Surtout au vu des liens historiques forts qui existent entre notre peuple et nos intérêts communs politiques et stratégiques forts pour nos citoyens dans cette région, pour les peuples de toute la région.”

M. Thebault a déclaré que la ministre des Affaires étrangères Marise Payne et le ministre de la Défense Peter Dutton n’auraient pas dû tenir une réunion avec leurs homologues français 17 jours seulement avant l’annonce de l’AUKUS, où ils ont signé un communiqué conjoint acceptant de “souligner l’importance” de l’accord sur les sous-marins.

« Pourquoi êtes-vous d’accord sur un tel communiqué alors qu’il y a le moindre doute sur quelque chose d’aussi massif que l’épine dorsale officielle de votre coopération ? » il a dit. “Peut-être sur Mars, mais pas que je sache sur cette planète.”

Il a également insisté sur le fait que le projet n’avait pas dépassé le budget spécifié dans le contrat signé en 2016. Il a également dénoncé le gouvernement australien de ne pas avoir repoussé les allégations effectuées à répétition dans la presse australienne sur l’éventuelle mauvaise gestion du dossier, sur des retards ou des budgets dépassés.

“Le programme de la classe Attack a été intentionnellement vilipendé pour devenir un bouc émissaire facile, pour justifier un changement de position qui était en préparation depuis longtemps”, a-t-il déclaré.

Texto dévoilé? La crédibilité de M. Morrison ébranlée

M. Thébault a mentionné à plusieurs reprises la confiance et a déclaré que la réputation de l’Australie avait été entachée.

«Après de tels événements, que vont penser les partenaires de l’Australie? Quelle est la valeur de la signature de l’Australie ? »

Questionné sur le fait qu’une conversation privée entre le Président Macron et M.Morrison par texto soit apparue dans la presse, l’Ambassadeur a précisé deux points capitaux.

“Premièrement, nous avons atteint un nouveau bas avec ce texto dans la presse. Comment pensez-vous que les dirigeants des autres nations réagissent à cela? Probablement avec méfiance ! Chaque message envoyé pourrait être utilisé contre vous comme une arme (…) Vous ne vous comportez pas comme ça dans les échanges personnels de dirigeants qui sont des alliés. Mais c’est peut-être juste la confirmation que nous n’avons jamais été considérés comme un allié “, a-t-il déclaré.

Deuxièmement ce  SMS montre bien que le président ne savait pas qu’ils allaient rompre le contrat”.

AUKUS? “Good luck”

M. Thebault a également fait part d’importantes préoccupations concernant l’accord AUKUS, qui implique un examen de 18 mois pour décider de la manière de construire des sous-marins à propulsion nucléaire utilisant la technologie de propulsion britannique ou américaine avec de l’uranium hautement enrichi. M. Thébault a ajouté que la suppression de l’accord signifierait un énorme écart dans les capacités sous-marines de l’Australie. Au moment où le premier sous-marin nucléaire a été construit, plusieurs navires soutenus par les Français auraient pu être à l’eau.

« Le gouvernement australien abandonne une coopération solide avec des paramètres bien établis pour un projet encore non spécifié, sans même une transition solide. Un simple « projet de projet » Même la durée de l’étude de l’étude n’est pas certaine ! »

M. Thebault a également déclaré que l’accord AUKUS pourrait avoir des implications pour nos “efforts communs pour renforcer la non-prolifération” de l’uranium hautement enrichi.

« La nouvelle perspective implique donc des responsabilités très spécifiques pour l’Australie qui seront scrutées par la communauté internationale. Concilier ce projet avec les impératifs de la non-prolifération nucléaire sera un travail long et complexe », a-t-il déclaré.

Climat, il est temps d’agir!

M. Thebault a également exhorté l’Australie à augmenter considérablement son objectif de réduction des émissions pour 2030 de 26-28% à 45%, déclarant: «Le temps des tergiversations est terminé”.

Et maintenant? Quelles seront les relations entre les deux pays?

Après avoir rencontré lundi le sénateur Payne, M. Thebault a déclaré qu’il appartenait désormais au gouvernement australien de rétablir les relations bilatérales avec la France suite à “l’abus de confiance”.

Il a déclaré que l’Australie devait maintenant sauver la relation.

« Il appartient au gouvernement australien de proposer des actions concrètes qui incarnent la volonté politique des plus hautes autorités australiennes de redéfinir positivement les bases de notre relation bilatérale et de poursuivre l’action commune dans l’Indo-Pacifique.

« Je respecte les choix souverains. Mais vous devez respecter les alliés et les partenaires.

Lorsqu’on lui a demandé si l’Australie devait s’excuser auprès de la France pour l’accord, M. Thébault a déclaré que cela pourrait être envisagé.

« Manger sa part d’humble tarte peut parfois être difficile. C’est à chacun de prendre sa propre décision. »

Il a enfin déclaré que l’Australie était sa “deuxième maison” et que la France sera toujours “un ami fidèle”.

Reste à savoir quelle sera la réaction du Premier Ministre à ce discours, qui aura incontestablement des effets sur la perception australienne et internationale du gouvernement Morrison dans cette affaire.

This page/article is also available in: enEnglish

Share With: