fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTUL’ancien ministre de l’Éducation Bill Shorten avoue déjà avoir fumé du cannabis

L’ancien ministre de l’Éducation Bill Shorten avoue déjà avoir fumé du cannabis

tfm

Selon la National Drug Strategy Household Survey, environ 10,3 % des Australiens âgés de plus de 14 ans ont consommé de l’ecstasy à un moment donné de leur vie.

Lors du débat sur les tests de dépistage de la pilule (ecstasy), Le leader du parti travailliste a avoué sa consommation de drogue alors qu’il était universitaire . Cette déclaration fait suite aux révélation de la députée Cate Faehrmann qui a admis avoir consommé la drogue pendant 20 ans, sans toutefois préciser si en avait consommé depuis qu’elle était députée.

« J’ai déjà répondu à cette question. Je ne peux pas exclure qu’au cours de mes années d’université, j’ai pu faire quelque chose. (…) Je vous le dis très clairement, n’appuyez pas la consommation de drogues illégales. Les commentaires de cette député des Verts sont au cœur du problème. « , a dit M. Shorten.

M. Shorten n’a pas précisé de quelle drogue il parlait, mais son bureau a précisé plus tard qu’il ne parlait que de marijuana et n’a jamais pris de MDMA, communément appelée ecstasy.

Alors que Mme Faehrmann, 48 ans, a refusé de dire si elle prenait encore de la drogue, elle a dit qu’elle se souvenait  » avec éclat  » de la première fois où elle avait pris de la MDMA.

« Nous avons dansé toute la nuit pour faire de la musique house, parlé de bêtises ou de choses plus profondes avec des étrangers. Un mois ou deux plus tard, nous avons recommencé. Et encore une fois. (…) . Je connais des journalistes, des trafiquants, des avocats, des fonctionnaires, des médecins, des policiers et oui, des politiciens (la plupart dans la quarantaine), qui ont fait la même chose », écrit-elle dans le Sydney Morning Herald.

Quant à lui , le premier ministre Scott Morrison a affirmé qu’il n’avait jamais consommé de drogues illégales.

« Le test est un problème »

« Le test est un problème. J’ai visité des festivals. J’ai parlé aux ambulanciers paramédicaux et à la police, aux organisateurs de festivals et probablement, contrairement au gouvernement, aux jeunes « , a déclaré M. Shorten.

« Ce sont des drogues illicites. Vous ne pouvez pas vous fier uniquement au test de la pilule parce qu’il ne peut détecter que certains signes avant-coureurs. Le vrai problème dans la politique australienne, c’est le souci des parents de respecter la loi, de régler un grand nombre de problèmes. »

Sources : The News Daily 

Comments
nc
Share With: