fbpx
HomeACTUL’arrière des Wallabies Haylett-Petty prend sa retraite pour raison de santé

L’arrière des Wallabies Haylett-Petty prend sa retraite pour raison de santé

L’arrière des Wallabies Dane Haylett-Petty a raccroché les crampons après une année à se battre contre les effets persistants d’une commotion cérébrale, a expliqué le rugbyman australien dimanche à la presse locale.

Le joueur de 32 ans peinait à faire son retour sur les terrains après un choc reçu à la tête lors d’un match contre les All Blacks en octobre 2020, à la suite duquel a été diagnostiqué une “migraine du footballeur”.

“Dès le début, le spécialiste disait que la meilleure chose à faire était d’écouter sa tête”, a raconté Haylett-Petty au site foxsports.com.au.

“Même si je vais beaucoup mieux, je n’ai pas réussi à me débarrasser de certains symptômes.”

Quelques jours avant cette annonce, l’ancienne vedette des All Blacks Carl Hayman révélait souffrir d’une démence précoce à tout juste 41 ans, relançant le débat sur les risques de commotions cérébrales dans les sports de contacts.

Hayman s’est joint à une procédure judiciaire contre les autorités du rugby, initiée par de nombreux anciens joueurs victimes de troubles neurologiques, comme l’Anglais Steve Thompson et le Gallois Alix Popham.

Haylett-Petty, 38 sélections chez les Wallabies, dit avoir subi dix ou sept coups à la tête pendant ses 14 ans de carrière.

Il affirme que le débat grandissant sur les risques des commotions a joué un rôle dans sa décision, avec aussi la naissance de son premier enfant.

“Parfois, pour quelqu’un, les premiers symptômes apparaissent à son premier choc à la tête, d’autres fois, c’est à son sixième choc”, explique l’ancien joueur de Biarritz, dans le Top 14.

“En disant ça, à 32 ans, ce n’est pas la fin du monde. Je sais que certains gars ont eu des problèmes après leur deuxième choc à la tête à l’âge de 21 ou 22 ans”.

La dernière commotion de Haylett-Petty s’est produite après un coup de coude du All Black Jordie Barrett lors d’un match à Sydney le 31 octobre 2020.

“J’ai reçu un coup à la tête, ma vision s’est troublée et j’ai dû lutter pendant tout le match avec une vision trouble”, a expliqué l’Australien.

Les maux de tête provoqués par l’exercice brutal – appelés “migraine du footballeur” – persistent depuis lors.

“Ils ne peuvent pas vous dire combien de temps cela va prendre pour disparaître, mais ils m’ont dit qu’une fois que j’aurais arrêté de tacler les gens et de les heurter, ils s’attendent à ce que je revienne à la normale”, a-t-il déclaré.

Share With:
Tags