fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTUL’Australie à la conquête de l’espace grâce à Megan Clark

L’Australie à la conquête de l’espace grâce à Megan Clark

franckprovost

La directrice de la nouvelle agence spatiale australienne, Megan Clark, a déclaré que son pays est en retard en ce qui concerne la conquête de l’espace.

Ce continent possède un endroit idéal dans l’hémisphère sud pour scruter la galaxie, mais a été l’un des derniers pays développés à se doter d’une agence spatiale. L’an dernier, M. Clark a donc présidé un comité d’experts chargé de déterminer les capacités spatiales de l’Australie, et ce qu’ils ont découvert les a surpris. La taille de l’industrie existante était beaucoup plus grande que les estimations précédentes. Et jamais auparavant, le Dr Clark n’avait vu des parties prenantes aussi unis dans une cause : la grande majorité réclamait depuis longtemps une agence spatiale agissant comme une passerelle australienne unique pour attirer des investissements, du soutien et des conseils.

L’Agence spatiale australienne a officiellement commencé ses activités quelques mois plus tard, en juillet, avec le Dr Clark comme premier directeur. Elle supervise maintenant un plan visant à tripler la valeur de l’industrie spatiale australienne pour atteindre entre 7 et 9 milliards de dollars par an d’ici 2030.

L’agence a signé des protocoles d’entente avec les agences spatiales françaises, britanniques et canadiennes. Elle a également été félicitée dans une résolution à la Chambre des représentants américaine qui promettait une coopération accrue et a aussi signé une déclaration d’intention avec Airbus.

Lorsque la création de l’agence a été annoncée, le public s’est montré un peu sceptique face à son budget limité de 30 millions de dollars sur quatre ans. Cela a conduit à des caricatures de fusées en forme de boomerang et à des blagues sur Internet sur une fausse agence, Australian Research & Space Exploration, ou ASS. (En comparaison, le budget de la NASA cette année est d’environ 20 milliards de dollars.)

Mais le Dr Clark est imperturbable. Pour elle, la taille du budget de l’agence n’est pas un facteur très important de son succès immédiat. Alors que le budget de la NASA lui permet de dicter l’industrie spatiale américaine, l’objectif de l’ASA est d’attirer les investissements et de créer des partenariats internationaux, de guider l’industrie et de la fédérer sous une bannière nationale ; un rôle beaucoup plus difficile à supporter.

«Le rôle du gouvernement est en train de passer de celui de bailleur de fonds à celui de partenaire et de facilitateur», a déclaré la nouvelle ministre de l’Industrie, des Sciences et de la Technologie, Karen Andrews, lors d’un discours prononcé au sein de la conférence australienne sur la recherche spatiale en septembre. «Ces partenariats devraient déboucher sur de nouvelles entreprises, renforçant ainsi l’élan croissant de l’industrie.»

Mme Clark se sent bien « outillée » pour guider l’agence dans ses problèmes de croissance. Sa carrière, qu’elle appelle «higgledy-piggledy», va de la géologie minière au capital-risque, en passant par le secteur bancaire, pour devenir la première femme directrice de CSIRO, une agence de recherche scientifique australienne. Elle a expliqué que chacune de ses fonctions était liée au fait que la découverte était devenue une valeur économique – un objectif majeur de la plupart des agences spatiales.

Source : The New Daily

——————————————

N’oubliez pas de suivre Le Courrier Australien sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletterDes idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude ? Contactez-nous à redaction@lecourrieraustralien.com.

Comments
franckprovost
Share With: