fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTUL’Australie : destination préférée des millionnaires étrangers

L’Australie : destination préférée des millionnaires étrangers

gjfood

En 2018, environ 108 000 millionnaires ont quitté leur pays pour vivre à l’étranger. S’installer au-delà des frontières de son territoire d’origine est de plus en plus tendance chez ces individus fortunés. Les attirer devient donc un enjeu pour les Etats, une chose que l’Australie a très bien comprise.

Une soif de l’étranger qui se confirme

En l’espace de 6 ans le nombre de millionnaires faisant le choix d’une migration internationale a plus que doublé et cette tendance n’est pas prête de s’inverser. Entre 2017 et 2018, ces chiffres ont augmenté de 14% selon New World Wealth.

 

L’Australie en tête des destinations plébiscitées

Certaines destinations tirent leur épingle du jeu en termes d’attractivité à l’image de l’Australie qui pointe en tête du classement des destinations privilégiées par ces individus aux revenus conséquents. C’est une combinaison de facteurs qui rend le pays propice à leur installation. La sécurité, l’absence de taxe sur la succession ou encore les liens économiques forts tissés avec ses partenaires commerciaux chinois, japonais et sud coréen. C’est aussi sa capacité à avoir échappé aux remous de l’activité financière mondiale de ces 30 dernières années qui conforte les plus fortunés dans leur choix de destination.

Sur la deuxième marche du podium des pays les plus plébiscités on retrouve les Etats-Unis qui séduisent grâce aux hubs urbains que sont New-York, Miami, San Francisco et Los Angeles.

La troisième place est, elle, occupée par le Canada.

 

La fuite des millionnaires est rarement bon signe

Contrairement à l’Australie, certains Etats voient leurs millionnaires fuir. Ceci est généralement symptomatique d’une économie en péril. Criminalité, manque d’opportunité d’affaires, tensions religieuses, sont autant de problèmes qui poussent les millionnaires à quitter leurs terres d’origines. Indicateurs de la conjoncture donc, mais également des perspectives futures. Effectivement, à en croire Andrew Amoils responsable chez New World Wealth, « cela peut être le signe de mauvaises choses à venir, car les personnes fortunées sont souvent les premières à partir – elles ont les moyens de le faire, contrairement aux citoyens de la classe moyenne.  »

Sans surprise, la Grande Bretagne a ainsi vu fuir près de 3 000 de ses millionnaires l’année dernière suite notamment aux incertitudes du Brexit.

Toutefois les plus gros perdants sont la Chine et la Russie. Le premier subit les conséquences de sa politique d’alourdissement des taxes concernant les sorties de capitaux qui visent directement les plus fortunés. Aussi, certains asiatiques préfèrent s’installer à l’étranger pour des motifs éducatifs, les systèmes académiques étant plus qualitatifs à l’extérieur des frontières. Pour autant, pas d’inquiétude d’ordre économique à avoir pour l’Inde et la Chine car ces territoires produisent plus de nouveaux millionnaires qu’ils n’en voient partir. La balance est donc toujours en leur faveur, d’autant plus qu’avec l’amélioration progressive du niveau de vie local :« nous nous attendons à ce que plusieurs riches reviennent dans leurs pays » confie M. Amoils à nos confrères du Sydney Morning Herald.

Dans le sillage de la Chine et de l’Inde, la Turquie a perdu 4000 millionnaires en 2017. Quant à la Russie, ce sont 7000 individus fortunés qui ont quitté le territoire national. Des chiffres sans doute liés aux sanctions imposées suite à l’annexion de la Crimée.

 

La fiscalité et l’intimité comme critères déterminants

Par soucis d’intimité, les millionnaires en viennent à reconsidérer leur lieu de résidence. La « norme commune de déclaration » instaurée par l’OCDE en 2017 incite les banques situées sur des territoires distincts à échanger des informations sur les titulaires de comptes étrangers avec les autorités fiscales locales. L’objectif ? Cibler les potentiels fraudeurs fiscaux.

Aussi, « de nombreux millionnaires cherchent à minimiser les risques de diffusion d’informations relatives à leurs comptes » a déclarée Polina Kuleshova de Henley & Partners, une entreprise fournissant des conseils en matière de citoyenneté.

L’évasion fiscale semble plus que jamais être dans le viseur des autorités et dans les priorités des millionnaires. Selon le rapport sur la richesse publié par Knight Frank en 2019, 26% de ces derniers commenceront à planifier leur émigration cette année. Un record qui n’est pas du goût de l’OCDE qui a éditée une liste noire de 21 juridictions, incluant Malte et Chypre, qui sapent les efforts internationaux de lutte contre l’évasion fiscale.

Source: Syndey Morning Herald


N’oubliez pas de nous suivre sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletter

Des idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude dans l’article ? Contactez-nous à l’adresse redaction@lecourrieraustralien.com

Comments
nc
Share With: