fbpx
Copyright LE COURRIER AUSTRALIEN 2016
HomeACTUL’Australie en tête des destinations PVTistes préférées des jeunes français

L’Australie en tête des destinations PVTistes préférées des jeunes français

tfm

Alors que le PVT fête ses 20 ans d’existence en France, les statistiques de départ et d’accueil de PVTistes font apparaître des disparités marquées selon les pays visés. L’analyse des données publiées par le ministère européen des affaires étrangères, démontre que l’Australie tire encore une fois son épingle du jeu.

Pourquoi le PVT ?

Le PVT (Permis-Vacances-Travail) ou WHV (Working Holiday Visa) pour ceux qui préfèrent la version English, a fait son apparition en France en 1998. Ce visa permet aux jeunes de 18 à 30 ans de partir dans un certain nombre de pays ayant signés des accords avec la France. Depuis sa création, il fait l’objet d’un véritable engouement, en témoignent les quelques 400 000 visas déjà délivrés aux jeunes français en quête d’expériences internationales. Mais pourquoi le PVT ? La raison tient en un mot : flexibilité. Effectivement, le PVT c’est l’opportunité de quitter son pays pour une période d’un an dans le but de voyager et de travailler. C’est ce double avantage qui est recherché par les individus en faisant la demande. Une fois le PVT en poche ils peuvent débarquer dans le pays sélectionné et travailler dans autant d’entreprises différentes qu’ils le souhaitent. De quoi engranger une expérience professionnelle riche et variée. Mais pas question de se laisser submerger par le travail, le PVT donne le droit de voyager à volonté.

 

Les demandes en hausse

Comme chaque année, le Ministère Européen des Affaires Etrangères a publié les statistiques de délivrance de PVT au départ et à destination de la France. Ce visa est de plus en plus prisé par les jeunes : les chiffres parlent d’eux-mêmes. 46 954, c’est le nombre de français ayant quitté le territoire grâce à ce visa en 2018. Soit 4000 individus de plus qu’en 2017. Concernant les étrangers entrants sur le sol français par le biais de ce dispositif, les indicateurs sont également en hausse. 5 000 jeunes ont fait le choix de la France comme destination pour leur WHV, un accueil en hausse de 15% par rapport à l’année précédente.

 

L’Australie a une longueur d’avance

L’isolement de l’île-continent ne semble pas décourager les PVTistes. Ils ont été plus de 25 000 à mettre le cap sur l’Australie en 2018. Une destination qui continue de faire rêver, malgré les 17 000 kms qui la séparent de Paris. Selon Laurence Caillot, rédactrice pour le ministère des affaires étrangères, depuis la création du PVT, 50% des permis -200 000- ont visé l’Australie. Cette attractivité n’est pas prête de s’amenuiser à en croire les dernières rumeurs au sujet d’une possible cumulation de 3 WHV, ou encore de l’extension -actée en avril 2018- de l’âge du demandeur à 35 ans.

 

Accueil ou départ : deux profils de pays se dessinent

Délivrer des PVT c’est aussi permettre à des étrangers d’explorer la France pendant 12 mois. Et c’est peu de le dire car la France attire de plus en plus de nouveaux entrants dotés du PVT. On note d’ailleurs que les quotas mexicains, chiliens, et argentins qui autorisent respectivement 300, 400 et 900 entrées ont été atteints en 2018.

Il existe 14 accords PVT entre la France et d’autres Etats. Il s’avère que pour la moitié d’entre eux (Australie, Nouvelle-Zélande, Japon, Canada, Corée du Sud, Hong-Kong, Taïwan), la France enregistre plus de départs que d’arrivées, et pour l’autre moitié (Argentine, Brésil, Chili, Colombie, Uruguay, Mexique, et Russie), c’est l’inverse.

 

Tour d’horizon des PVT plus ou moins attractifs

L’augmentation des accords met en concurrence les territoires. C’est pourquoi, certains Permis Vacances-Travail accusent une perte d’intérêt. C’est le cas de ceux délivrés pour l’Argentine. Alors que le WHV à destination de l’Argentine avait fait l’objet de 688 demandes en 2016, il n’a été délivré qu’à 484 français en 2018. La faute au PVT Brésilien, entré en vigueur cette même année, et suscitant la curiosité des français attirés par l’Amérique Latine. Le phénomène de perte de vitesse touche également le visa pour Hong Kong qui a été attribué à 440 reprises en 2018 contre 500 fois deux ans plus tôt.

Pour d’autres destinations, tous les voyants sont au vert. Elles ne cessent d’attirer les foules et se font une place de choix derrière le trio de tête -Australie, Nouvelle-Zélande, Canada- qui semble indétrônable. Au pied du podium des destinations les plus en vogue : le Japon même si le quota de 1500 jeunes français autorisés à s’y rendre dans le cadre d’un PVT n’a encore jamais été atteint. La Corée du Sud, elle, pointe à la sixième place, juste derrière l’Argentine, avec un effectif de français PVTistes, en croissance constante.

Toujours est-il que l’Australie semble avoir une longueur d’avance -très- confortable avec 15 000 PVTistes de plus que son concurrent direct, la Nouvelle-Zélande.

Source: PVTistes


N’oubliez pas de nous suivre sur Facebook et Instagram, et de vous abonner gratuitement à notre newsletter

Des idées, des commentaires ? Une coquille ou une inexactitude dans l’article ? Contactez-nous à l’adresse redaction@lecourrieraustralien.com

Comments
nc
Share With: