fbpx
HomeACTUL’Australie fustige la “détention arbitraire” d’un universitaire en Chine

L’Australie fustige la “détention arbitraire” d’un universitaire en Chine

La ministre australienne des Affaires étrangères a dénoncé vendredi la “détention arbitraire” de l’universitaire et écrivain Yang Jun, après le report de l’énoncé du jugement dans son procès pour espionnage par un tribunal de Pékin.

Le procès de l’Australien né en Chine, également connu sous son nom de plume Yang Hengjun, a commencé jeudi, mais le tribunal a décidé de reporter le jugement et la condamnation, selon un communiqué de la ministre australienne Marise Payne.

“Au vu de nos inquiétudes durables dans cette affaire, dont le manque de détails concernant les accusations et l’enquête dans ce qui a été fourni au Dr Yang et à l’Australie, nous estimons qu’il s’agit d’un exemple de détention arbitraire d’un citoyen australien”, a déclaré Mme Payne.

Bien qu’ayant demandé à y assister, l’ambassadeur d’Australie a été interdit d’accès au procès – une approche “fermée et opaque”, a déploré la ministre.

M. Yang, qui est détenu depuis 2019, est l’un des deux Australiens emprisonnés en Chine pour des accusations d’espionnage dont le cas a été médiatisé, sur fond d’escalade des tensions entre Canberra et Pékin. L’autre est une présentatrice australienne de la chaîne chinoise CGTN, Cheng Lei, détenue depuis août pour avoir “fourni des secrets d’Etat à l’étranger”.

Mme Payne a indiqué que des représentants de l’ambassade avaient rencontré M. Yang vendredi pour apporter leur soutien et qu’ils continueront à réclamer le respect de ses droits légaux.

“Ce sont des principes établis du processus juridique. Demander leur respect ne revient pas à interférer dans le système juridique chinois”, selon elle.

Les relations diplomatiques entre la Chine et l’Australie se sont fortement dégradées depuis que Canberra a demandé une enquête indépendante sur l’origine de la pandémie de coronavirus et exclu le géant des télécoms chinois Huawei de la construction du réseau 5G australien.

La Chine a instauré des droits de douane et perturbé l’activité d’une dizaine d’industries clés, comme le vin, l’orge et le charbon, faisant s’effondrer les échanges.

En septembre, deux journalistes australiens avaient précipitamment quitté la Chine après avoir été interrogés par la police au sujet de Cheng Lei.

Pékin a également critiqué Canberra pour avoir perquisitionné les domiciles de journalistes chinois travaillant pour des médias étatiques chinois en Australie, où une enquête est ouverte sur une supposée campagne d’influence occulte.

Share With:
Tags