fbpx
HomeACTUL’Australie se dirige vers la plus grande restriction d’eau au monde!

L’Australie se dirige vers la plus grande restriction d’eau au monde!

Interdiction de piscine, amendes de $50 000 et incitation à dénoncer les voisins pour l’arrosage de la pelouse!  Les Australiens se dirigent vers les restrictions d’eau les plus brutales au monde

Certaines parties de l’Australie pourraient être confrontées aux restrictions d’eau les plus sévères jamais observées, car la sécheresse qui sévit dans le pays ne montre aucun signe d’assouplissement. Les interdictions concernant les tuyaux d’arrosage, les limites d’utilisation d’eau personnelle et des amendes pouvant atteindre 50 000 dollars pour violation sont parmi les mesures qui seront envisagées en l’absence de précipitations abondantes.

Sydney a vu l’introduction de restrictions de niveau 1 en juin, avec des amendes de 220 USD pour l’utilisation d’un tuyau flexible entre 10h et 16h – et Sydney Water encourage déjà les résidents à dénoncer leurs voisins en signalant toute infraction.

Les experts préviennent que le niveau deux n’est pas très loin et qu’au-delà, le niveau trois apporterait les restrictions encore plus sévères que celle “du millénaire”. En 2005, les barrages s’étaient en effet asséchés, les pelouses des jardins avaient viré au brun et les agriculteurs désespérés, imploraient de la pluie. La sécheresse était si horrible que des restrictions de niveau 3 en eau avaient été appliquées à Sydney.

Les tuyaux flexibles étaient interdits sauf deux jours par semaine, les systèmes d’arrosage et les nouvelles piscines étaient interdits et les automobilistes ne pouvaient laver leur voiture qu’avec des seaux. Les amendes pour avoir “utilisé de l’eau” illégalement grimpaient alors de 550 $ à 2 200 $, avec une amende pouvant aller jusqu’à 50 000 $ si une affaire était jugée par un tribunal.

De telles mesures pourraient à nouveau être imposées aux habitants de Sydney d’ici deux ans, selon le professeur d’ingénierie de l’UNSW, Stuart Khan.

“On ne peut jamais prédire avec précision les niveaux d’eau de Sydney, car il peut arriver une pluie soudaine et imprévue – mais sur la trajectoire actuelle, nous pourrions imposer des restrictions de niveau 2 d’ici le milieu de 2020 et le niveau trois d’ici 2021”, a-t-il déclaré à Daily Mail Australia.

Les restrictions de niveau trois impliqueraient une utilisation très limitée de l’eau en extérieur mais si la sécheresse persiste après cela, la ville entrera dans l’inconnu.

“Nous n’avons pas de définition des restrictions de niveau quatre ni de propositions claires quant à la suite à donner. La situation obligerait les politiciens à élaborer de nouvelles politiques telles que la construction d’une autre usine de dessalement”, a expliqué le professeur Khan.

Le professeur Khan a déclaré que les restrictions d’eau permettent d’éviter une catastrophe.

«Nous avons de bonnes preuves que cela fonctionne. En 2006, les Sydneysiders ont vraiment souscrit aux restrictions et ont réduit leur consommation d’eau de 20%, économisant ainsi plus d’eau que l’usine de dessalement fournie”.

Cependant, il a averti qu’ils pourraient ne pas être aussi efficaces cette fois-ci.

«Après la sécheresse du millénaire, les gens ont installé davantage d’appareils ménagers économes en eau tels que des lave-vaisselle et des machines à laver. Cela signifie que notre consommation d’eau en général est moindre, ce qui signifie que les restrictions peuvent avoir moins d’impact.”

La pire sécheresse jamais enregistrée

“Nous sommes au cœur de la pire sécheresse jamais enregistrée, avec des précipitations pratiquement inexistantes et  des températures élevées prévues au cours des prochains mois.” a annoncé le ministre de l’Agriculture de la Nouvelle-Galles du Sud, Adam Marshall .

Le département de l’agriculture a annoncé un programme de 10 millions de dollars destiné à injecter de l’oxygène dans les rivières de la Nouvelle-Galles du Sud et à acheminer les poissons vers une écloserie durant les mois d’été.

“Nous sommes confrontés à une véritable catastrophe, qui pourrait entraîner la mort de poissons à grande échelle cet été encore plus importante que celle que nous avons vue à Menindee plus tôt cette année.”

Share With: